Année internationale de la biodiversité 2010

Activités proposées aux Coordinateurs nationaux et écoles du réSEAU

Présenter l’exposition itinérante de l’UNESCO sur la biodiversité

Le secteur des Sciences naturelles de l’UNESCO a créé une exposition itinérante téléchargeable afin de communiquer les messages clés de l’Année internationale de la biodiversité. Organisée autour de 7 thèmes, l’exposition – en anglais et en français – comprend 42 panneaux, soit 6 panneaux par thème. La version concrète de l’exposition sera complétée tout au long de l’année par des éléments interactifs. Les exposants sont invités à ajouter aux panneaux des exemples locaux de biodiversité.

 

 

Impliquer les élèves dans la recherche scientifique sur la biodiversité, comme au Pérou et au Portugal

Une initiative intitulée « Diversité biologique » s’adresse à 15 000 élèves péruviens, notamment les élèves du réSEAU. Elle a pour objet d’encourager les projets de recherche scientifique sur la biodiversité. Les projets sélectionnés seront présentés dans le cadre de plusieurs salons internationaux, tels que le Salon international de l’éducation, de la science et de la technologie (CIENTEC 2010), qui se tiendra au Pérou du 15 au 19 novembre 2010, et le Salon mondial ESI 2011, qui se tiendra à Bratislava, en République slovaque.

Site Web du projet (en espagnol)

Pour lancer l’Année internationale de la biodiversité 2010, le Portugal a rassemblé des jeunes chercheurs d’écoles du réSEAU de quatre pays lors de la 12e Réunion internationale des jeunes chercheurs des écoles associées de l’UNESCO qui avait pour thème « la biodiversité et la durabilité » et qui s’est tenue à Santarém, au Portugal, du 13 au 16 janvier dernier.   


Chercher une espèce locale et la choisir comme emblème de l’école, comme au Costa Rica

Les écoles costaricaines du réSEAU ont été encouragées à conduire une étude de la diversité biologique locale et à identifier une espèce qui représentera l’école. Intitulé « Un emblème pour mon école », ce projet cherche à sensibiliser les élèves à la valeur de leur faune et de leur flore ainsi qu’à la nécessité de les protéger. Le projet s’achèvera par une présentation mise en œuvre par les élèves et qui aura lieu le 30 octobre 2010.

Créer un prix réSEAU de l’innovation et de la créativité, comme au Portugal

Le Portugal a décerné le prix réSEAU de l’innovation et de la créativité dans le domaine de la biodiversité avec la participation d’écoles, d’universités, de parents et de spécialistes de la biodiversité lors d’une cérémonie officielle qui s’est tenue à Olhão, le 22 mai, à l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique. Les travaux du concours ont été exposés au Centre international d’écohydrologie côtière, à Faro et à Olhão.

Produire des affiches d’informations, comme en Autriche

L’association écologiste Umweltdachverband et la Commission nationale autrichienne pour l’UNESCO ont conjointement envoyé à toutes les écoles autrichiennes du réSEAU  plusieurs affiches d’informations relatives à l’Année internationale de la biodiversité. Les affiches (en allemand) peuvent être commandées en suivant ce lien.

Faire passer les messages sur la biodiversité grâce à des campagnes menées au niveau local, comme au Royaume-Uni et au sultanat d’Oman

La Commission nationale britannique pour l’UNESCO a organisé un concours afin de distinguer l’école qui communique le mieux les messages importants de l’Année internationale de la biodiversité. Les écoles participantes doivent élaborer une campagne créative et efficace destinée à diffuser les messages de l’Année auprès de leur communauté locale. Les écoles peuvent soumettre une affiche, un collage, une brochure, une vidéo ou un enregistrement audio téléchargeable. Au Royaume-Uni, le réSEAU a également produit à l’attention des écoles un dossier d’information publié en mars 2010. Il comprend des suggestions pratiques montrant aux écoles comment célébrer l’Année internationale de la biodiversité ainsi que des exemples de la façon dont l’UNESCO protège la biodiversité au Royaume-Uni, et des études de cas de réserves de biosphère et de sites du patrimoine naturel mondial de l’UNESCO qui bénéficient d’une biodiversité spécifique.   

Des élèves et des enseignants omanais du réSEAU ont participé à des activités organisées par la Commission nationale omanaise pour l’éducation, la culture et la science et d’autres institutions visant à célébrer l’Année internationale de la biodiversité. Par exemple, des élèves ont planté des palétuviers et nettoyé des plages. Ils ont également participé à la campagne mondiale de la vague verte et pris part à « L’exposition sur la biodiversité au sultanat d’Oman », qui s’est tenue lors de la Journée internationale de la diversité biologique (22 mai 2010).

Rechercher la coopération avec des réserves de biosphère de l’UNESCO, comme en Roumanie, au Canada et au Brésil

La réserve de biosphère du delta du Danube a servi de cadre à la réunion du « Projet du Danube bleu », l’un des projets phares du réSEAU, du 12 au 16 juin 2010, organisée par la Roumanie. La réunion était consacrée, entre autres questions, à l’Année internationale de la biodiversité. La faune et le folklore du Danube feront l’objet d’une publication spéciale.  

La prochaine réunion du réSEAU national brésilien doit avoir lieu à l’automne 2010 dans la région de l’Amazonas. Une page entière a été consacrée à la biodiversité dans le bulletin d’information du réSEAU publié en février 2010. Le pays bénéficiant d’une biodiversité particulièrement riche (qui représente 20 % des espèces vivantes), la question de la biodiversité y présente un intérêt majeur pour les enseignants brésiliens.   

La Hafford Central School, une école du réSEAU de l’UNESCO, est située au cœur de la Réserve de biosphère du lac Redberry, dans le centre du Saskatchewan, au Canada. Cette Réserve de biosphère est un bassin versant fermé, positionné entre une vaste peupleraie et une forêt boréale. Dans ce type d’écosystème, les changements apportés à la biodiversité ont un impact très important sur la flore et la faune de la région. Afin d’informer et d’instruire les élèves de la région, la Hafford School a établi un partenariat avec la Réserve de biosphère visant à surveiller les ressources en eau des principaux ruisseaux alimentant le lac Redberry. Avec l’aide des autorités fluviales et du personnel de la Réserve, les élèves contrôlent les teneurs en oxygène dissous, en phosphates et en nitrates des ressources en eau qui se déversent dans le lac. Conduits par un biologiste, les élèves recueillent et examinent également des macro-invertébrés vivant dans les ruisseaux afin d’évaluer l’état de santé du bassin versant. Ces activités de contrôle permettent de mesurer les effets des projets liés à l’eau visant à protéger les zones riveraines du bassin versant (c’est-à-dire proches de l’eau).

 

Retour en haut de la page