UNESCO Dakar/Anne Muller

Le 19 décembre 2011, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Résolution 66/170 déclarant le 11 octobre Journée internationale de la fille afin de reconnaître les droits des filles ainsi que les défis spécifiques auxquels les filles sont confrontées à travers le monde. 

Cette année, le thème de la Journée est « Innover en faveur de l’éducation des filles ».

En dépit des progrès considérables accomplis au cours de ces dix dernières années, des millions de filles sont toujours privées de leur droit à l’éducation :

  • 31 millions de filles en âge de fréquenter l’école primaire ne sont pas scolarisées et il est probable que 17 millions d’entre elles n’iront jamais à l’école.  Le nombre de garçons qui ne sont pas scolarisés est inférieur de 4 millions à celui des filles.
  • Dans trois pays, plus d’un million de filles ne sont pas scolarisées : au Nigeria, elles sont presque cinq millions et demi, au Pakistan, plus de trois millions, et en Éthiopie, plus d’un million.
  • Par ailleurs, 34 millions d’adolescentes ne sont pas scolarisées et ne peuvent ainsi bénéficier de la possibilité d’acquérir les compétences fondamentales qui leur permettraient de travailler et d’améliorer leur vie.

Si nous ne faisons pas de l’éducation pour tous de qualité une priorité, ces filles ne pourront pas acquérir les compétences dont elles ont besoin pour devenir de jeunes adultes, obtenir un emploi stable et sûr, comprendre et faire respecter leurs droits de citoyennes, et continuer à apprendre tout au long de leur vie.

Enfin, les filles qui ne terminent pas leurs études sont plus susceptibles de grossir les rangs des femmes analphabètes, qui représentent les deux tiers des 774 millions d’analphabètes à travers le monde.  

« ..nous devons nous focaliser sur les secteurs où les besoins sont les plus importants, aider les pays à accélérer avant l’échéance de 2015 et donner forme au nouvel agenda qui s’ouvrira. Cet agenda s’appuiera sur les réalisations et doit faire face aux nouveaux défis. Le premier d’entre eux est l’éducation. De gros progrès ont été accomplis en matière de scolarisation depuis 2000, mais 57 millions d’enfants ne sont toujours pas scolarisés. Nous devons fixer un nouvel objectif pour l’éducation : nous focaliser sur l’équité et la qualité, tout au long de la vie, notamment en faveur des filles et des femmes. » Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO à l’occasion de l’Événement spécial sur les OMD, à l’Assemblée générale des Nations Unies, à New York, le 25 septembre 2013.

Les filles constituant la majorité des enfants non scolarisés, l’égalité des sexes et l’éducation des filles demeurent une préoccupation centrale des initiatives entreprises dans le cadre de la GEFI, dont l’objectif est d’aider les pays et les groupes laissés pour compte.  

Retour en haut de la page