10.06.2013 -

Au Maroc, Irina Bokova défend l’éducation pour un changement durable

© Zouitni -UNESCO Director-General, Irina Bokova, and Her Royal Highness Princess Lalla Hasnaa at the opening session of the 7th World Environmental Education Congress, held in Marrakesh, Morocco, June 2013.

Le 10 juin 2013, Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO, a pris la parole à la séance d’ouverture du 7e Congrès mondial d'éducation relative à l'environnement, qui se tenait à Marrakech (Maroc).

La Directrice générale a appelé à une transition mondiale vers la durabilité en réponse aux défis auxquels sont confrontées les sociétés, sur le fondement de la solidarité, de l’égalité et de l’inclusion. À cet égard, elle a souligné le rôle primordial de l’éducation et de l’apprentissage, formels et informels, comme le moyen le plus sûr de faire naître de nouvelles valeurs, de nouvelles attitudes et de nouveaux comportements – qui à eux tous forment le socle sur lesquels s’édifieront des sociétés et des économies vertes.

La Directrice générale en a fait le cœur de la nouvelle initiative du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies « L’éducation avant tout », guidée par l’UNESCO,  qui vise à garantir que chaque enfant soit scolarisé, ait accès à une éducation de qualité et à un apprentissage utile ainsi qu’à permettre l’éclosion de nouvelles formes de citoyenneté mondiale.

« Sur notre planète sous pression, l’éducation est le meilleur moyen de provoquer le changement et de construire des sociétés vertes et résilientes », a déclaré la Directrice générale. « Cette idée guide la Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable (2005-2014), dont l’UNESCO est le chef de file et dont toute l’action en faveur de la durabilité, notamment par le biais des réserves de biosphère et des chaires UNESCO, contribue à promouvoir la biodiversité et la diversité culturelle. »

Parmi les participants à la séance d’ouverture du Congrès se trouvaient également M. Abdulaziz Othman Altwaijri, Directeur général de l’Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture (ISESCO), M. Achim Steiner, Directeur exécutif du PNUE, M. Jan Eriksen, Président de la Fondation pour l'éducation à l'environnement, le sociologue et philosophe Edgar Morin, ainsi que des représentants de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement et de la FAO.

Le 7e Congrès mondial d'éducation relative à l'environnement est organisé sous le patronage de Sa Majesté le roi Mohammed VI et le leadership de son Altesse royale la princesse Lalla Hasnaa.

À l’occasion de cette visite, Irina Bokova a rencontré M. Fouad Douiri, Ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement, avec qui elle a signé un accord portant sur la création d’un Centre régional des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique en tant que centre de catégorie 2 placé sous l'égide de l'UNESCO.

« C’est une avancée déterminante pour la région, pour l’Afrique, qui témoigne de l’importance que le Maroc accorde aux énergies renouvelables et de sa volonté de promouvoir cet agenda », a affirmé la Directrice générale. 

Irina Bokova a visité le Centre régional, qui appuie dans la région les politiques publiques, le partage des bonnes pratiques, le renforcement des capacités, l’éducation et la sensibilisation ainsi que la recherche coopérative dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

La Directrice générale a également pu signer avec M. Abdulaziz Othman Altwaijri de l’Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture, la mise en place d’un Programme de coopération entre l’ISESCO et l’UNESCO pour la période 2013-2015.

Ce programme recouvre un ensemble d’activités spécifiques de coopération dans les domaines de compétence des deux organisations, qui vise à atteindre des objectifs stratégiques conjoints pour le profit de leurs États membres communs. Ces activités concernent tous les champs de compétence relevant du mandat de l’UNESCO.

« Nous sommes des organisations sœurs », a souligné la Directrice générale, « avec des mandats communs, et ces projets conjoints permettront de renforcer les capacités dans des domaines qui sont essentiels aujourd’hui à la paix et au développement durables. »




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page