24.07.2012 - Education Sector

L’éducation et les catastrophes naturelles

Reconstruire les écoles après le tremblement de terre de 2010 à Haïti

Menacé par la montée du niveau des mers, l’érosion des plages, les tempêtes, cyclones et tsunamis, l’archipel des Maldives est parmi les plus bas du globe. Plus de 120 000 enfants (soit 30 % de la population) sont considérés comme « à risque » en cas de catastrophe naturelle. Aux Maldives, la scolarité a été perturbée pendant les dix-huit mois qui ont suivi le tsunami qui a dévasté l’Océan indien en 2004, un désastre qui souligne la nécessaire préparation aux catastrophes naturelles dans les écoles et les communautés.

Depuis le tsunami, les autorités des Maldives ont intégré dans le curriculum un programme pilote d’éducation à la prévention des catastrophes naturelles (DRR). Du matériel pédagogique de DRR a été conçu dans le cadre de l’éducation pour le développement durable. Des enseignants, des parents et des responsables de communautés ont participé à des sessions de formation.

 

Les risques et le nombre de catastrophes naturelles augmentent. Au cours de ces dix dernières années, plus de 250 millions de personnes ont été affectées chaque année par ces phénomènes. Plus de 95 % des décès liés aux catastrophes naturelles ont lieu dans les pays en développement. Les politiques et les programmes d’éducation qui visent à mieux préparer aux catastrophes peuvent réduire l’impact de ces phénomènes. Ils permettent d’acquérir les connaissances, les compétences et les attitudes nécessaires pour se préparer aux catastrophes et faire face à leurs conséquences, et aident les apprenants et leurs communautés à reprendre une vie normale. Inclure l’éducation à la prévention des catastrophes naturelles (DRR) dans les programmes scolaires favorise la sécurité des populations et permet aux communautés exposées aux catastrophes de mieux résister.

 

Un nouveau rapport de l’UNESCO et de l’UNICEF présente 30 pays qui ont inclus des éléments de prévention des risques liés aux catastrophes naturelles dans leurs systèmes et programmes d’éducation. Le rapport fait état d’expériences nationales tout en soulignant les défis majeurs que doivent relever les pays où la DRR ne fait pas encore partie des principales priorités et où les enseignants ne reçoivent pas de formation spécifique dans ce domaine.

Le rapport identifie les bonnes pratiques, note les questions abordées ou celles qui ne sont pas encore explorées, et offre un examen des résultats d’apprentissage. Il s’intéresse à l’élaboration – au niveau institutionnel – des programmes éducatifs intégrant la DRR et met également l’accent sur la qualité des enseignements et l’évaluation des apprenants, ainsi que sur le perfectionnement professionnel et la formation des enseignants.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page