09.11.2016 - Education Sector

La communauté internationale appelle l’UNESCO à diriger les efforts vers un monde entièrement alphabétisé

© UNGA

Le 3 novembre à New York, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté par consensus sa résolution sur l’alphabétisation intitulée « L’alphabétisation, enjeu vital : définir les futurs programmes d’action » (A/C3/71/L9/Rev1).

Parrainée par 101 États membres, la résolution des Nations Unies sur l’alphabétisation marque un effort  en vue de perpétuer l’héritage de la Décennie des Nations Unies pour l’alphabétisation (DNUA) dans l’aspiration mondiale visant, « d’ici à 2030, à faire en sorte que tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes, hommes et femmes, sachent lire, écrire et compter ».

Cette résolution a reconnu l’importance d’être alphabète dans les sociétés du savoir et les économies du XXIe siècle, et encouragé l’accès à l’éducation et à l’apprentissage tout au long de la vie pour tous dans le monde entier.

La représentante de la Mongolie a présenté la résolution en décrivant l’UNESCO comme étant le porteur d’« (…) un rôle de catalyseur et de coordonnateur pour soutenir les efforts des États membres visant à créer un monde plus alphabète ».

La communauté internationale a prié l’UNESCO de continuer à jouer son rôle de coordonnateur et de catalyseur dans les domaines de l’éducation et de la promotion de l’alphabétisation, à la fois par le biais de l’Alliance mondiale pour l’alphabétisation (GAL), du Partenariat mondial de l’UNESCO pour l'éducation des filles et des femmes et du Réseau mondial UNESCO des villes apprenantes (GNLC).

La résolution a également appelé les gouvernements à intensifier les programmes d’alphabétisation, reconnaissant cette dernière comme le fondement de l’apprentissage tout au long de la vie, ainsi que la nécessité de poursuivre la mise en œuvre de mesures et de programmes nationaux de façon uniforme afin de répondre aux différents besoins d’apprentissage par le biais de l’innovation, de la technologie, des partenariats et des approches intersectorielles.

Des disparités persistantes entre les sexes dans l’éducation

Par cette résolution, les États membres ont exprimé leur profonde préoccupation quant au fait que 758 millions d’adultes dans le monde n’ont pas les compétences de base en lecture et en écriture et que 124 millions d’enfants ne sont toujours pas scolarisés, les filles et les femmes, ainsi que les communautés rurales étant les plus touchées.

Compte tenu des disparités persistantes entre les sexes dans l’éducation, qui font que près de deux tiers des adultes analphabètes dans le monde sont des femmes, la résolution a rappelé la Conférence internationale sur l’alphabétisation et l’éducation des filles et des femmes et affirmé que la réalisation du droit à l’éducation, en particulier pour les filles, contribuait à la promotion des droits de l’homme et de l’égalité entre les sexes, au développement et à l’élimination de la pauvreté.

D’autres préoccupations concernaient l’interruption des services éducatifs dans les situations d’urgences humanitaires et les faibles taux d’alphabétisme chez les enfants et les adultes handicapés.

Pour répondre à ces défis, l’Assemblée générale a reconnu la nécessité de réaliser des investissements considérables et d’utiliser efficacement les partenariats stratégiques afin d’améliorer la qualité de l’éducation, et a fait référence aux recommandations de la Commission internationale pour le financement de possibilités d'éducation dans le monde.

Le Secrétaire général de l’ONU, en coopération avec la Directrice générale de l’UNESCO, présentera un rapport sur la mise en œuvre de la présente résolution à l’Assemblée générale lors de sa 73e session.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com