25.02.2013 - Education Sector

Apprentissage mobile : « Nous ne pouvons pas continuer à vivre dans une ère pré-numérique »

UNESCO/Namtip

Le réalisateur et animateur David Puttnam a photographié un paysage irlandais verdoyant avec sa tablette numérique avant de filmer sa présentation conçue à l’occasion d’un forum sur l’apprentissage mobile et les politiques de l’éducation, au Siège de l’UNESCO, à Paris, le 20 février.

Tenant sa tablette devant la caméra, il a rappelé au public que le pouvoir d’entrer en contact avec le reste du monde est désormais à la portée de tout un chacun. De son domicile en Irlande, il a non seulement pu filmer son environnement, mais aussi donner une conférence à des étudiants se trouvant en Australie, à Singapour, au Royaume-Uni et aux États-Unis.  

« L’avenir de l’éducation est incroyablement excitant, » a déclaré Puttnam aux responsables de l’élaboration des politiques et aux professionnels de l’éducation réunis au forum UNESCO/ GSMA, qui s’inscrivait dans le cadre de la deuxième Semaine de l’apprentissage nomade (18 - 22 février 2013), centrée sur la réalisation des objectifs de l’Éducation pour tous grâce à l’amélioration de l’accès à l’éducation, de la qualité et de l’égalité via l’apprentissage mobile.  

Les perspectives de l’apprentissage mobile sont prometteuses. Les appareils portables tels que les tablettes, les téléphones portables et les liseuses sont utilisés par un nombre croissant de personnes, et les abonnements à des prestataires de téléphonie mobile, au nombre de 6 milliards, ont atteint un record en 2012. Comme le coût des appareils de téléphonie mobile baisse, ils sont adoptés dans des zones de grande pauvreté, où il y a même pénurie d’écoles, de manuels et d’ordinateurs.  

Les possibilités offertes par l’apprentissage mobile, en particulier pour les apprenants qui n’ont pas accès à une éducation de grande qualité, sont immenses. Pour ne citer qu’un exemple, évoquons le Projet d’alphabétisation par le portable de l’UNESCO mis en en œuvre dans des zones rurales du Pakistan afin de compléter les cours traditionnels dispensés en face à face auprès des adolescentes. Le projet a donné d’excellents résultats : le nombre de filles ayant obtenu un « A » au terme du cours d’alphabétisation est passé de 28 à 60 % après l’introduction des appareils portables.  

Néanmoins, en dépit du potentiel considérable qu’elles recèlent, les technologies mobiles ne sont pas encore suffisamment utilisées à des fins pédagogiques, a déclaré M. Janis Karklins, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information devant les participants du forum. « Nous ne pouvons pas continuer à vivre dans une ère pré-numérique et, ce faisant, risquer de transformer les écoles en instruments dénués d’intérêt. Nous vivons dans un monde où de nombreuses personnes, voire la plupart des jeunes, transportent dans leurs poches un ordinateur portable puissant et facile à utiliser, » a-t-il dit. « La question n’est pas de savoir si les écoles et les systèmes éducatifs vont se servir de ces technologies, mais plutôt quand et comment ils vont le faire. »  

Pour marquer la Semaine de l’apprentissage nomade, l’UNESCO a lancé un ensemble de Principes directeurs pour l’apprentissage mobile, et M. Karklins a exhorté les participants à le rejoindre dans ses efforts visant à explorer comment les technologies mobiles peuvent élargir les opportunités d’apprentissage de tous les apprenants. Mme Anne Bouverot, Directrice générale de GSMA, s’est déclarée confiante dans le fait que l’apprentissage mobile était sur le point d’entrer dans une nouvelle phase. 

« Nous estimons que nous pouvons accéder au niveau supérieur, et que nous pouvons passer à des programmes d’apprentissage mobile de qualité, soutenus par les gouvernements et à grande échelle, » a déclaré Mme Bouverot.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page