20.10.2016 - Education Sector

L'avenir des emplois et des compétences au cœur d’une conférence mondiale organisée par l’UNESCO et le Cedefop

© UNESCO/Aleksandrs Dunasovs

Les tendances mondiales et les défis locaux de la mise en adéquation des compétences avec les évolutions du marché du travail ont été au cœur d’une conférence de deux jours qui s'est ouverte au siège de l’UNESCO, à Paris, le 20 octobre 2016.

Plus de 125 participants, décideurs politiques, parties prenantes et experts du monde entier ont pris part à la conférence intitulée Compétences, emplois et développement durable : les tendances mondiales, les défis locaux qui est organisée par l’UNESCO et le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (Cedefop).

L'événement a insisté sur l’importance de la collaboration internationale et il a examiné les approches au traitement des défis locaux du marché du travail, insistant sur la nécessité d’un dialogue entre l'éducation et la formation dans différentes régions du monde et d’une plate-forme d’échange des meilleures pratiques afin d’anticiper et de mettre en adéquation les compétences recherchées par un marché du travail en mutation. 

En ouverture de la conférence, M. David Atchoarena, Directeur de la Division des Politiques et des systèmes d'apprentissage tout au long de la vie de l’UNESCO, a salué la présence de participants venus de plus de 50 pays, insistant sur l'importance d'une coopération internationale et rappelant l'importance de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels (EFTP) dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, dans le contexte de l’apprentissage tout au long de la vie :

« Les jeunes et les adultes ont besoin de renforcer leurs compétences pour participer pleinement à la vie de leur société et de l’économie. Dans tous les secteurs, les employeurs sont à la recherche d’employés qualifiés qui évoluent en permanence. De plus en plus, les gouvernements considèrent l’EFTP comme un instrument politique clé pour promouvoir l'emploi, l'inclusion et l'apprentissage tout au long de la vie. Les enjeux sont particulièrement importants pour les jeunes et leur transition de l’école au monde du travail pose des défis à tous les pays » a-t-il dit. 

Les compétences modernes ont une « durée de vie » éphémère

Madame Mara Brugia, Vice-directrice du Cedefop, a mis l’accent sur la courte durée de vie des compétences d’aujourd'hui par rapport au passé, le fait que chaque talent potentiel doit être développé et qu’il est nécessaire de favoriser la mobilité entre les régions.

« Des cadres de qualifications axés sur les résultats d’apprentissage ainsi que des politiques de validation d’acquis obtenus au travail ou ailleurs par les travailleurs, peuvent contribuer à soutenir efficacement la mobilité des compétences et des talents. Ces cadres peuvent aussi aider à rendre les qualifications plus pertinentes par rapport aux besoins du marché du travail et des apprenants. Ils pourraient aussi devenir la nouvelle monnaie d’échange des compétences mondiales. Le travail conjoint de l’UNESCO, de la Fondation européenne pour la formation (ETF) et du Cedefop sur les cadres de qualifications au-delà de l'Europe pourrait appuyer ce processus. »

L’intervenante principale, Madame Saadia Zahidi, Responsable des Initiatives en matière d’emploi et de genre au Forum économique mondial, a présenté les résultats de travaux de recherche récents du Forum, montrant dans quelle mesure la révolution numérique change fondamentalement la donne dans le monde de travail.

« Nous sommes au commencement de la quatrième révolution industrielle et nous avons donc la possibilité de façonner celle-ci, mais pour ce faire, il nous faut inventer un nouveau narratif parce que les histoires sont le moyen pour nous de créer un objectif commun qui relie les individus de tous les secteurs, cultures, industries, et bien d’autres. Il faut donc que ce narratif soit puissant, fascinant, commun et positif » a-t-elle déclaré.

Environ 25 intervenants et panélistes ont débattu et partagé les meilleures pratiques pour relever les défis mondiaux de la mise en adéquation de l’offre et de la demande de compétences, du chômage et de l’assurance qualité des qualifications sur un marché du travail en mutation rapide.

La conférence comportait des séances, notamment, sur la digitalisation des économies et la nécessité de posséder de nouvelles compétences à l’ère du numérique, les compétences et les inégalités entre les genres, les générations et les communautés et de quelle manière les politiques sur les compétences sont nécessaires pour améliorer la qualité et réduire ces inégalités.

Liens




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page