27.09.2013 - Education Sector

La Directrice générale de l’UNESCO s’associe aux dirigeants mondiaux pour célébrer le premier anniversaire de l’Initiative mondiale pour l’éducation avant tout (GEFI)

- Photo: UNESCO Director-General, Irina Bokova, with Malala and Reverend Desmond Tutu at the Global Education First Initiative anniversary event, New York, 25 September. ©UNESCO/Cynthia Guttman

Le 25 septembre, Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, s’est associée aux dirigeants mondiaux pour célébrer le premier anniversaire de l’Initiative mondiale pour l’éducation avant tout, une campagne de cinq ans lancée par M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, visant à ce que soit tenu l’engagement de l’Éducation pour tous. S’appuyant sur la dynamique créée il y a douze mois, la réunion a focalisé l’attention sur les moyens susceptibles d’influer sur le leadership, le financement et les services éducatifs nécessaires pour atteindre les objectifs de 2015.

« Nous avons rallié de nouveaux partenaires, mobilisé de nouvelles sources de soutien et catalysé une volonté politique plus affirmée, » a déclaré Mme Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, dans son discours d’ouverture, mais, a-t-elle ajouté, « ce n’est qu’un début ; nous devons accélérer, en mettant en œuvre des politiques plus ciblées, en déployant des efforts collectifs plus conséquents ». Dans ses propos, M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, a fait écho à l’urgence de la situation.

« Aujourd’hui, nous célébrons un anniversaire, mais nous sommes également confrontés à la dure réalité », a-t-il prévenu en faisant référence à la baisse de l’aide en faveur de l’éducation et à la persistance du nombre élevé d’enfants qui se voient refuser la possibilité d’aller à l’école et d’apprendre. M. Ban Ki-moon a appelé la communauté internationale à mettre un terme à ces exclusions. « Si nous plaçons l’éducation avant tout, c’est la vie dans la dignité qui triomphera », a-t-il affirmé. 

Le pouvoir de transformation de l’éducation était l’un des thèmes centraux de la session d’ouverture de l’événement d’anniversaire de la GEFI, qui a rassemblé des leaders de l’éducation autour d’une table ronde animée par M. Gordon Brown, Envoyé spécial des Nations Unies pour l’éducation mondiale. Conviés à identifier les types d’actions nécessaires pour faire une percée dans le domaine de l’éducation, les participants ont clairement mis l’accent sur la nécessité d’un engagement politique de haut niveau, de partenariats élargis, et d’une priorité à accorder de nouveau à l’élimination des obstacles à l’apprentissage, notamment de ceux auxquels les filles sont confrontées. « Nous devons placer les filles au premier rang des priorités », a recommandé Mme Sheikha Hasina, Premier ministre du Bangladesh, alors que M. Ivo Josipovic, Président de la Croatie, a insisté pour que « l’éducation soit universellement accessible à tous ». M. Aliko Dangote, PDG de Dangote Industries, a mis l’accent sur le rôle et la responsabilité des entreprises en matière de défense de l’éducation globale et M. Lang Lang, pianiste et Ambassadeur de l’UNICEF, a appelé la communauté internationale à travailler de concert pour faire tomber les obstacles à l’éducation. « Nous devons rêver d’un monde meilleur, nous devons être idéalistes, » a dit au public M. Desmond Tutu, Archevêque émérite du Cap. Mlle Malala Yousafzai, militante du droit à l’éducation, a elle aussi enjoint les participants à agir selon leurs convictions, notamment pour soutenir le droit à l’éducation dans les pays affectés par un conflit ou l’instabilité. « Au lieu d’envoyer des armes, envoyons des livres. Au lieu d’envoyer des soldats, envoyons des enseignants », a-t-elle recommandé. 

Des déclarations importantes ont également été faites pour soutenir l’éducation par M. Xi JinPing, Président de la République populaire de Chine, dernier État membre à avoir accepté de devenir Pays défenseur de la GEFI, et par Mme Jamira Burley, membre du Groupe de défense des jeunes de la GEFI. 

Une seconde série d’orateurs ont été conviés par MM. Gordon Brown et Jim Yong Kim, Président de la Banque mondiale, à s’intéresser au défi spécifique de l’amélioration de la coordination du financement de l’éducation et de la prestation de services éducatifs. Soulignant le rôle central que joue l’éducation en matière de compétitivité des pays, de création d’emplois et de croissance économique, M. Kim a demandé aux orateurs de se focaliser sur les actions concrètes visant à « créer la première génération de l’histoire où tous les enfants iront à l’école et y apprendront quelque chose. » Parmi les participants du débat qui a suivi, il convient de citer les Présidents de l’Afrique du Sud, du Guyana et du Mozambique, des ministres de l’Éducation et des responsables d’institutions bilatérales et multilatérales. Leurs déclarations se sont articulées autour de ce que M. Brown a présenté comme les trois défis essentiels du financement de l’éducation et de la prestation de services éducatifs : l’élargissement du cercle des partenaires qui financent l’éducation globale, l’amélioration de la coordination et la nécessité de se focaliser davantage sur les populations les plus marginalisées. 

Les célébrations du premier anniversaire de la GEFI se sont achevées dans la soirée du 25 septembre par la publication des recommandations du Groupe de travail sur les mesures standard de l’apprentissage (LMTF), qui ont pour objectif de combler le déficit en matière de données mondiales sur l’apprentissage et d’aider à créer les capacités nationales susceptibles de mesurer les progrès. Lors du lancement, outre Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, se sont également exprimés Sa Majesté la Reine Rania de Jordanie, Mme Ellen Johnson Sirleaf, Présidente du Liberia, M. Moncef Marzouki, Président de la Tunisie, ainsi que des représentants de l’UNICEF, de la Brookings Institution, du corps enseignant et du Groupe de défense des jeunes de la GEFI. « Nous ne serons en mesure de revendiquer notre succès en matière d’éducation primaire universelle que lorsque nous serons certains que tous les enfants acquièrent également les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour réussir, » a souligné la Directrice générale dans sa déclaration à l’occasion du lancement. « C’est essentiel dans notre approche de 2015. L’impératif de qualité doit être au cœur de l’agenda post-2015. Ce Rapport constitue une feuille de route sur les moyens permettant d’influer sur les évaluations afin d’améliorer les opportunités d’apprentissage et les résultats de tous les enfants. » 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page