Malawi

The Honourable Mention of the UNESCO Confucius Prize for Literacy was awarded to the Coalition of Women Farmers (COWFA) in Malawi

©Malawi. COWFA, 2010

La Coalition des agricultrices (COWFA) au Malawi reçoit la Mention d’honneur du Prix UNESCO-Confucius d’alphabétisation pour son Projet de promotion des droits fonciers des femmes (WOLAR).

Faire évoluer les droits de propriété foncière et les rapports de forcepar l’alphabétisation des femmes

Dans de nombreuses parties du monde, les femmes sont les principales productrices de denrées alimentaires et elles jouent un rôle crucial en subvenant aux besoins de leur ménage. Il reste que ce sont très souvent les hommes qui possèdent et gèrent la terre ainsi que les revenus qu’elle génère. Les disparités en matière d’accès à la terre sont l’une des principales causes des inégalités entre les sexes dans les zones rurales, compromettant ainsi la sécurité alimentaire et le bien-être des individus et de leurs familles.

Au Malawi, quatre habitants sur cinq vivent en milieu rural, où ce sont essentiellement les femmes qui exécutent les tâches agricoles et fournissent la nourriture, puisqu’elles représentent 70 % des agriculteurs. Le nombre de femmes ayant pleinement accès aux moyens de production – terres et semences – est toutefois négligeable ; 4 % seulement des Malawiennes possèdent la terre qu’elles travaillent. Bien que les Malawiennes soient traditionnellement les productrices de cultures, elles sont les plus vulnérables face à la famine : les hommes et les enfants mangent en premier, et les femmes en dernier. Dans un pays qui a récemment connu une crise alimentaire et la famine, il est essentiel de reconnaître les droits des femmes à la propriété pour lutter contre la famine et, au bout du compte, contribuer à l’atténuation de la pauvreté et au développement.

De nombreuses constitutions nationales disposent que les hommes et les femmes ont les mêmes droits fonciers, mais la réalité est toute autre dans la vie de tous les jours. Les Malawiennes ne sont pas traitées sur un pied d’égalité avec les hommes, et l’analphabétisme chez les femmes tend à perpétuer l’inégalité entre les sexes. C’est là qu’intervient le Projet de promotion des droits fonciers des femmes. Ce projet aide les agricultrices démunies au Malawi à posséder et à contrôler des terres et favorise leur indépendance économique ainsi que leur sécurité alimentaire. En acquérant des compétences en matière de lecture et d’écriture et en participant à des réunions d’information, les Malawiennes apprennent à remettre en cause les pratiques discriminatoires et acquièrent la confiance nécessaire pour faire évoluer les rapports de force en matière foncière. Comme l’a dit le lauréat du Prix Nobel, Amartya Sen : « L’éducation renforce la capacité d’action des femmes, laquelle action devient généralement plus éclairée et plus pertinente. Le fait d’être propriétaire peut également donner plus de poids aux femmes lors des prises de décisions familiales ».

« L’association nous a appris à être autonomes », dit Evelyn Mwafulriwa, une agricultrice appartenant à la Coalition des agricultrices. « Il n’y a pas de différence entre les femmes qui sont seules et celles qui ont des maris. » Thabo Chidimba, qui est également membre de la COWFA, ajoute : « Ce qui me plaît le plus dans ce groupe est que nous pouvons partager nos connaissances techniques. Nous nous aidons mutuellement et, surtout, nous cultivons suffisamment de nourriture pour manger ».

À l’appui des propos de Sen, le Projet de promotion des droits fonciers des femmes démontre comment le fait de posséder et de gérer une terre contribue concrètement à l’autonomisation économique des femmes et, partant, au bien-être de tous – hommes, femmes et enfants – dans les communautés rurales et l’ensemble de la société.

Camilla Addey

Retour en haut de la page