Programme national de formation - Bhoutan

Une mère en train d'étudier, Bhoutan

© UNESCO/Yannick Jooris
Une mère en train d'étudier, Bhoutan

L’alphabétisation est source de bonheur

Dans le royaume himalayen du Bhoutan, l’alphabétisation est l’un des éléments du bonheur national brut, la philosophie du développement visant à améliorer la qualité de vie de tous les citoyens.

 

Ce principe a guidé le programme national de formation non formelle et permanente qui a reçu la Mention honorable du Prix Confucius UNESCO d’alphabétisation.

 

 

 

Le programme, dirigé aujourd’hui par le ministère de l’Éducation, a été lancé en 1992 dans cinq centres pilotes où l’enseignement a été axé sur la promotion du dzongkha, la langue nationale. Depuis, il a touché 135 000 apprenants, dont 70 pour cent de femmes, et conduit à l’établissement de 700 centres d’éducation non formelle.

 

 

Parti de zéro, le projet comprend aujourd’hui un programme structuré et environ 30 professeurs différents traitant d’une grande variété de sujets. Le programme d’alphabétisation de base touche des adultes ne maîtrisant pas les savoirs fondamentaux et des élèves ayant passé moins de trois ans à l’école.

 

Ce cours d’une année porte sur la lecture, l’écriture et le calcul ainsi que sur les connaissances liées à la santé, l’hygiène, l’agriculture, la sylviculture, le planning familial et l’environnement. Le programme post-alphabétisation se déroule sur neuf mois et s’appuie sur le précédent, avec une approche très axée sur la diffusion d’informations pratiques sur une série de sujets tels que la santé, l’hygiène, le VIH et le sida et la protection de la petite enfance, dans l’unique but d’améliorer la qualité de vie de la population. Des instructeurs sont formés pour rendre l’apprentissage vivant grâce à des présentations, des discussions, des histoires et du théâtre.

 

 

Un programme d’auto-apprentissage non structuré existe dans 22 centres d’apprentissage communautaires, des petits bâtiments de deux pièces construits avec la participation des communautés et abritant plusieurs activités en faveur de la promotion de l’alphabétisation et du développement des compétences de la vie courante. Le programme y fournit du matériel, des machines à coudre et d’autres équipements pour le développement de compétences telles que la menuiserie, ainsi que des coins lecture et des livres de bibliothèque pour aider les apprenants à entretenir leurs savoirs fondamentaux.

 

 

Nombreux sont les apprenants qui travaillent dans l’élevage et l’agriculture et décident du meilleur moment et du meilleur endroit pour faire cours ; s’il n’y a pas de centre communautaire ou d’école à proximité, ils sont souvent organisés dans une maison ou dans une cabane provisoire construite par les villageois.

 

Le programme a eu des répercussions visibles dans ce pays montagneux et enclavé où la population est largement dispersée, rendant la prestation de services sociaux difficile. Il a joué un rôle crucial dans la diffusion de messages sur la prévention du VIH et du sida, la maternité sans risque et la façon de s’occuper des enfants. Les femmes ont pris des responsabilités ; certaines sont devenues membres de l’Assemblée nationale et agissent comme des actrices du changement dans leur communauté grâce à leur capacité à discuter des questions de développement dans leur village. Les améliorations dans le domaine de l’hygiène personnelle et une implication des femmes dans des activités génératrices de revenus ont été observées en même temps que des réussites plus personnelles, comme le fait de pouvoir écrire des lettres à ses amis et aux membres de sa famille.

 

Le programme s’étend progressivement mais seulement dans la mesure où les communautés le demandent. Le gouvernement insiste pour que ce soient les communautés qui lancent l’élaboration du programme, car cela participe de son appropriation et en assure la durabilité. Les apprenants sont également encouragés à exprimer leurs besoins. Selon le programme, de nombreuses personnes souhaitent maintenant apprendre les bases de l’anglais afin de devenir plus compétent en matière de technologies modernes, des téléphones portables aux ordinateurs – un autre pas sur la route du bonheur.

 

 

 

 

 

Ces informations peuvent être utilisées et reproduites sans autorisation et sans frais à condition de joindre à toute reproduction la mention UNESCO comme source (© UNESCO).

L’alphabétisation est source de bonheur

Retour en haut de la page