Le crowdsourcing au service de l’éducation

Le crowdsourcing peut-il contribuer à la réalisation des objectifs de l’éducation ? Le concept de l’utilisation de la collaboration de groupe ou de « la sagesse des foules » pour atteindre un objectif spécifique n’est pas nouveau.

Cependant, Internet et les médias sociaux ont rendu ce processus à la fois plus efficient et plus efficace. En permettant à des personnes qui ont des intérêts similaires de collaborer, les initiatives de crowdsourcing donnent l’occasion d’aider les autres, d’apprendre quelque chose et de se faire reconnaître. Grâce à ces pratiques, des projets communautaires se transforment en exercices de résolution collective des difficultés.

L’UNESCO a récemment utilisé le crowdsourcing en ligne pour contribuer à la réalisation des objectifs de l’Education pour tous. Lancé en Ethiopie et en Tanzanie en juillet 2011, un projet sur le crowdsourcing au service de l’éducation des fillesa adopté une approche communautaire visant à faire baisser les taux d’abandon dans les écoles secondairesde ces pays. Financé par la Fondation Packard, le projet s’inscrit dans le cadre du Partenariat mondial de l’UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes en encourageant les filles et leurs communautés à proposer des solutions permettant de franchir les obstacles qui se dressent devant l’achèvement des études secondaires. Il présente une nouvelle approche de l’élaborationdes politiques de l’éducation.

Parmi les autres initiatives de crowdsourcing menées par l’UNESCO dans le domaine de l’éducation, citons notamment le défi du Crowdsourcing au service de l’EPT. D’octobre 2011 à mai 2012, l’UNESCO s’est associée à Nokia et à la Fondation Pearson afin d’explorer des suggestions relatives à la façon dont les communications mobiles peuvent contribuer à la réalisation des objectifs de l’EPT dans les domaines de l’alphabétisation, de l’enseignement primaire universel, de l’apprentissage des jeunes et des adultes, de la qualité, de l’égalité et de la parité des genres, ainsi que de la protection et de l’éducation de la petite enfance. Les meilleures idées ont été récompensées par des prix. Les manifestations de la Journée mondiale de la liberté de la presse organisées à travers le monde ont été présentées grâce à un outil de crowdsourcing comprenant une application de cartographie interactive. Les informations sont recueillies par l’intermédiaire des médias sociaux (par exemple, de blogs, de Twitter et de Facebook) et de messages écrits sur téléphone mobile. De même, les célébrations de la Journée mondiale des enseignants (5 octobre) ont été présentées sur des cartes interactives.

D’autres agences des Nations Unies ont également participé à des initiatives de crowdsourcing en ligne : grâce à un projet collaboratif en ligne,  l’ONUSIDA a invité des jeunes à contribuer à créer une nouvelle stratégie des Nations Unies relative à la jeunesse ainsi qu’au VIH et au SIDA. L'Institut international de l’UNESCO pour la planification de l'éducation appelle également les jeunes à partager leurs points de vue, expériences et ressources afin de renforcer l’engagement civique des jeunes au sein de l’éducation formelle et non formelle. Tous les jeunes sont conviés à faire entendre leur voix en participant à l’Initiative Plan With Youth!, dont le point d’orgue sera un Forum politique qui se tiendra à Paris du 16 au 18 octobre.

 

 

Retour en haut de la page