Dans leurs mots : l’enseignante volontaire qui a construit une école

O. Ballard

En 2009, Elisabeth Ballard a pris congé de son poste de professeur d’anglais à l’Université de Paris (France) et s’est portée volontaire pour enseigner en Inde. Elle a fini par construire une école…

« Mon rêve était de trouver une école en Inde rurale et d’y être enseignante volontaire. J’ai trouvé une petite ONG qui s’occupait d’une école primaire dans l’État du Bihar, au nord de l’Inde. (Bihar et Orissa sont les États les plus pauvres de l’Inde, avec un taux d’analphabétisme de 80%) ».

« J’ai enseigné à « l’école » pendant cinq mois. En fait, les classes avaient lieu sous une bâche tendue entre deux bâtiments – voilà ce qu’était l’école. Au début, j’étais seule et ma famille à Paris me manquait énormément, étant totalement isolée dans une petite communauté qui m’était complètement étrangère. Mais cela valait tellement la peine d’enseigner à des enfants reconnaissants, motivés et si respectueux de leurs professeurs. J’ai apprécié chaque instant. J’avais également neuf collègues enseignants, des collègues indiens, qui m’ont permis de me sentir acceptée en quelques semaines ».

« Avant de rentrer à Paris en décembre 2009, j’ai appris que l’école avait dû fermer par manque de fonds. Comme je m’étais attachée à cette école, j’ai commencé à rechercher des parrains. Un partenaire néerlandais a décidé d’apporter son aide lorsqu’il a entendu l’histoire. Nous avons créé une fondation début 2010 ».

« En deux ans à peine, nous avons construit une école en partant de rien, ainsi qu’une résidence d’accueil pour les volontaires, tout en attirant de nouveaux parrains. Surtout, nous pouvons verser un salaire régulier aux neuf enseignants. Les classes n’ont plus lieu sous une tente ou dans les champs mais dans un charmant bâtiment blanc, propre, qui peut accueillir 130 enfants des villages voisins. Il y a des installations sanitaires correctes et les enfants portent des uniformes blancs amidonnés, fournis par un autre partenaire. Un bus scolaire vient chercher les enfants des hameaux voisins ».

« Je travaille désormais à l’élaboration de la structure pédagogique de l’école et je souhaite donc me rendre en Inde pendant six mois de l’année dans un avenir proche ».

Pour plus d’informations sur l’école : www.marnifoundation.com

 

 

Retour en haut de la page