Points de débat

Une population instruite est la clé de la compétitivité d’un pays, de sa prospérité et de l’inclusion sociale. À l’inverse, avec une population insuffisamment qualifiée, les disparités et les écarts de compétences peuvent entraîner des désavantages sur le plan économique, l’instabilité politique et un chômage élevé (en particulier des jeunes), ce qui retentit négativement sur la cohésion sociale.

Le Congrès sur l’EFTP aura donc pour principal objet d’élaborer des orientations stratégiques permettant de transformer et de développer l’enseignement et la formation techniques et professionnels de sorte que tous les jeunes et les adultes soient en mesure d’acquérir les compétences qui leur sont nécessaires dans le travail et dans la vie. Ceci passe nécessairement par une nouvelle connaissance de la mise en œuvre de l’EFTP et des possibilités de transformer à la fois la qualité de l’apprentissage et les stratégies d’élaboration des politiques d’EFTP.

Avec l’avènement du développement durable et de l’agenda écologique, l’EFTP doit s’impliquer plus systématiquement dans ces questions.

Les points suivants seront examinés à la conférence :

 

Afficher tout / Cacher tout

répertoire des faq

Nouvelles formes de partenariat et de financement

Pour améliorer les possibilités d’apprentissage qu’offre l’EFTP, il faut aussi construire de nouvelles formes de partenariat, de réseaux et d’alliances à tous les niveaux entre les parties prenantes du secteur public, du secteur privé et de la société civile. En outre, à mesure que s’estompent les frontières entre apprentissage et vie active, il faut examiner toute la gamme des possibilités d’apprentissage qui reflètent les préférences des individus et les besoins du marché du travail, ce qui permettra de tirer parti de tout ce que peuvent offrir les différents environnements d’apprentissage.

Il faut associer les nouvelles formes de partenariat à des modèles de financement nouveaux et innovants qui abordent le financement de l’apprentissage de façon plus efficace et durable et permettent d’exploiter les ressources nécessaires pour que l’apprentissage tout au long de la vie soit une réalité pour le plus grand nombre de personnes. Une telle démarche influera considérablement sur la façon dont les pays peuvent mobiliser des ressources pour développer l’acquisition des compétences chez les individus qui en ont le plus besoin, et rendra l’investissement dans le développement des compétences rentable pour les individus, les employeurs et la société en général. Il faudra pour cela créer de nouveaux partenariats avec, par exemple, les ministères des finances, de la planification et les institutions financières et renforcer le rôle des entreprises, des communautés locales et d’autres parties prenantes.

La participation de nouveaux acteurs renforce encore le caractère intersectoriel de l’EFTP. Dans de nombreux pays, les politiques en matière d’EFTP sont fragmentées et parcellaires. Parallèlement, avec l’évolution des politiques publiques, elles comportent des interactions avec, notamment, les politiques en faveur du marché du travail, de la protection sociale, du développement industriel, de la technologie, des femmes et des jeunes. Il est possible d’améliorer sensiblement la situation en assurant une meilleure coordination entre acteurs concernés, en particulier les partenaires sociaux, qui participent à la gouvernance, à la conception, à l’exécution et au financement de l’EFTP.

 

répertoire des faq

Mondialisation et coopération internationale et régionale

La mondialisation est un ensemble complexe de processus interconnectés et interdépendants qui s’expriment différemment selon les contextes. Ses manifestations les plus évidentes sont l’intégration des économies du monde et l’impact sur le marché du travail et la demande de compétences. Toutefois, l’impact sur la demande de compétences varie d’un pays à l’autre. La mondialisation croissante du  marché du travail a des effets sur la mobilité des personnes et les mouvements migratoires, ce qui retentit progressivement sur la manière dont les pays définissent, octroient et reconnaissent les qualifications. C’est pourquoi ces dernières sont désormais au centre du débat sur l’action à mener. De nombreux pays sont en train de réformer leur système de qualification pour améliorer la reconnaissance, l’assurance de la qualité et la transparence de ces qualifications à l’échelon national et, de plus en plus souvent, au-delà des frontières. En conséquence, au moins cinq grandes régions du monde ont entrepris d’élaborer un cadre régional de qualifications dans la perspective d’accroître la mobilité régionale et l’intégration aux marchés du travail internationaux. Ces groupes régionaux sont la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), l’Union européenne (UE), la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN).

La coopération régionale a joué un rôle de plus en plus important dans la définition des approches nationales de l’EFTP et il existe de nombreux exemples de coopération interrégionale Sud-Sud. Il en résulte une modification du paysage des acteurs internationaux et des approches de la coopération au service du développement dans ce domaine.

 

répertoire des faq

EFTP et développement

Les gouvernements du monde entier reconnaissent de plus en plus l’importance de l’EFTP dans le développement économique et social des peuples et des nations. Or il ne suffit pas de reconnaître l’importance de l’EFTP en soi si l’on veut relever les défis spécifiques auxquels les pays sont confrontés pour accéder à un développement inclusif et durable. Il faut beaucoup plus d’efforts concertés en termes de politiques et de gouvernance et des acteurs disposés et prêts à investir dans l’EFTP pour faire vraiment bouger les choses.

Il faut définir une mission et une vision claires pour établir un lien entre le rôle de l’EFTP dans le  système national d’éducation et de formation et dans l’agenda plus large du développement au niveau national. La réussite d’un système d’EFTP doit se mesurer par son impact sur le développement économique et social de la nation. En dernière analyse, les véritables critères de réussite sont l’employabilité des diplômés, l’évolution de carrière et le bien-être.

 

 

répertoire des faq

Apprentissage et marché du travail : réduire le décalage

La plupart des parties prenantes comprennent bien l’importance de la capacité d’adaptation de l’EFTP au marché du travail. Toutefois, avec l’accélération de l’agenda en matière de développement des compétences, il est urgent de renforcer la capacité des systèmes d’EFTP à mieux comprendre l’évolution des forces du marché en améliorant la disponibilité des données et éléments d’information, l’aptitude à déterminer précocement les besoins de

compétences pour anticiper les évolutions, et l’utilisation des informations relatives au marché du travail pour rapprocher l’offre et la demande de compétences. Ces informations sont également capitales pour que l’orientation professionnelle repose sur des données fiables.

Des contextes de développement différents créent de grandes disparités de demandes et d’avantages correspondants sur le marché du travail. Il est donc important de comprendre comment et dans quelle mesure les compétences acquises dans le cadre de programmes d’EFTP et l’utilisation de celles qui résultent des caractéristiques du marché du travail ont un effet sur le passage des jeunes à la vie active et sur la productivité, les salaires et les avantages sociaux des travailleurs.

Pour atténuer le décalage entre l’apprentissage et le marché du travail, il faut porter une attention accrue à l’importance des différentes formes d’acquisition des compétences par l’EFTP : celle qui comprend l’apprentissage formel, non formel et informel, celle qui développe les compétences et connaissances depuis le niveau élémentaire jusqu’à un niveau avancé et celle qui s’effectue dans toute une série de sites dont l’école, les établissements publics et privés d’enseignement professionnel, les établissements d’enseignement supérieur, les communautés, le domicile et le lieu de travail dans les économies tant formelle qu’informelle. Ainsi, de nombreux pays introduisent de nouvelles formes de validation et de reconnaissance en matière de préapprentissage et d’apprentissage dans des cadres non formels et informels.

De plus, certaines frontières traditionnelles entre EFTP et enseignement général sont en passe d’être supprimées. Bon nombre de pays ont pris des mesures pour améliorer l’articulation entre enseignement secondaire professionnel et enseignement supérieur de manière à proposer plus d’options aux étudiants et à répondre à une demande croissante de compétences et de qualifications. Autant de dispositions qui montrent l’existence d’une nouvelle approche de l’EFTP qui améliore à la fois son attrait et sa capacité d’adaptation aux besoins de compétences des entreprises, des individus et des sociétés dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie. Plus précisément, il faudrait considérer l’EFTP dans le cadre d’un agenda du développement plus large au niveau national, lui-même inscrit dans le vaste contexte de la mondialisation.

 

 

répertoire des faq

Répartition plus équitable des compétences

Les compétences sont inégalement réparties à l’intérieur des sociétés et entre elles. Il demeure 793 millions d’adultes analphabètes tandis que de très nombreux jeunes n’ont pas accès à une éducation de base ou abandonnent l’école prématurément. Nombreux sont les jeunes qui sortent du système éducatif sans compétences de base solides, ce qui les empêche d’entreprendre pleinement un nouvel apprentissage et limite leur performance sur le marché du travail. La répartition inégale des compétences a des conséquences importantes pour les pays et les individus. Le rapport de l’OIT intitulé Tendances mondiales de l’emploi 2011 montre que des millions de jeunes gens et jeunes filles éprouvent de sérieuses difficultés pour passer du système éducatif à la vie active. Le grand nombre de jeunes ayant des emplois médiocres et mal rémunérés, avec des contrats précaires, y compris dans le secteur informel, aggrave encore la situation.

Parallèlement, le marché du travail se caractérise par des changements rapides dans la façon dont il génère et utilise les compétences. Il existe des perspectives d’avenir prometteuses avec les technologies nouvelles et vertes qui laissent entrevoir d’autres manières de travailler et de vivre. La dynamique du marché du travail se traduit également par des changements significatifs dans la nature même du travail, l’apparition de nouveaux métiers, une mobilité accrue dans l’activité professionnelle et économique et un accroissement de l’activité indépendante dans les économies formelle et informelle.

 

 

répertoire des faq

Offrir de plus larges et de meilleures possibilités d’apprentissage à tous les jeunes

Dans un environnement propice, les jeunes partout dans le monde peuvent être des acteurs clés du changement social, du développement économique et de l’innovation technologique. Ils portent en eux l’énergie, l’imagination, la créativité, les idéaux et la vision novatrice de l’avenir. Les événements récents intervenus au Moyen-Orient et en Afrique du Nord en sont l’illustration. Il faut donner aux jeunes les compétences dont ils ont besoin pour travailler et les mobiliser pour en faire des acteurs clés dans la société. Il faut pour cela qu’ils aient les compétences nécessaires pour pouvoir saisir les opportunités dès qu’elles se présentent, et qu’ils soient encouragés à trouver un emploi et à affronter les contraintes du marché du travail. Toutefois, il n’est pas moins important de leur faire acquérir les compétences nécessaires pour améliorer leur capacité de rester dans l’emploi et de progresser dans leur vie professionnelle mais aussi, plus largement,  dans l’apprentissage tout au long de la vie.

Assurer à tous les jeunes et les adultes un accès équitable à un apprentissage de qualité exigera des mesures visant les groupes défavorisés, y compris des mesures destinées à assurer l’équité dans l’accès à l’apprentissage et à supprimer les obstacles dans le monde du travail. Une croissance économique durable et partagée passe de plus en plus par la capacité des gouvernements d’élaborer des politiques ciblées en direction des groupes défavorisés sur le marché du travail et dans la société. Ainsi, malgré des avancées significatives dans l’égalité entre les sexes au cours des dix dernières années, il reste un long chemin à parcourir pour vaincre les diverses inégalités sociales qui demeurent dans l’accès et la participation à l’EFTP ainsi que dans les résultats obtenus en la matière.

 

Retour en haut de la page