Objectif 6 : Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies

L’éducation est le meilleur vaccin contre le VIH et le SIDA.

Données : Selon certaines estimations, il y aurait chaque jour 6 800 nouveaux cas de personnes infectées par le VIH. L’éducation doit donc être considérée comme la réponse prioritaire à apporter au VIH et au SIDA. L’éducation peut communiquer des connaissances et des compétences et encourager les attitudes et les comportements positifs qui réduiront les chances des personnes de contracter le VIH. Les établissements d’enseignement jouent un rôle central en matière de prévention contre le VIH car ils constituent le meilleur moyen d’atteindre un grand nombre de jeunes. De même, les programmes de santé, de sensibilisation et d’hygiène scolaires contribuent à combattre le paludisme et les autres maladies.

Des progrès ont été faits, mais les secteurs de l’éducation nationaux doivent encore renforcer leur rôle central. Selon une étude qui a porté sur trente-deux pays, les femmes qui ont suivi des études post-primaires étaient cinq fois plus susceptibles d’être informées sur le VIH/SIDA que les femmes analphabètes.

L’éducation a été reconnue par l’ONUSIDA comme l’élément clé d’une prévention efficace contre le VIH, notamment chez les filles. L’éducation réduit leur vulnérabilité et retarde le début de leurs activités sexuelles. Par ailleurs, chaque année de scolarisation supplémentaire procure de nouveaux avantages en termes de protection. Même en l’absence d’initiatives spécifiques au VIH, l’éducation constitue une mesure de prévention importante contre le VIH. Selon la Campagne mondiale pour l’éducation, la scolarisation primaire universelle pourrait empêcher que 700 000 nouvelles personnes soient infectées chaque année.

Les données d’une enquête récente menée dans 64 pays révèlent que seulement 40 % des hommes et 38 % des femmes âgés de 15 à 24 ans ont des connaissances complètes et exactes sur le VIH et savent comment éviter la transmission. Ce même groupe de personnes contracte à lui seul 40 % des nouvelles infections. Ces niveaux sont beaucoup trop faibles par rapport à l’objectif établi lors de la Session spéciale de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le VIH/SIDA (UNGASS), à savoir 95 % d’ici à 2010.

L’éducation au VIH à l’école est une approche très rentable de la prévention car les écoles constituent un moyen pratique d’atteindre de grands nombres de jeunes provenant de différents milieux socioculturels.

Réponse de l'UNESCO au VIH et au SIDA 

Retour en haut de la page