Financement

©UNESCO

Au Forum mondial sur l’éducation, à Dakar, en avril 2000, la communauté internationale a promis « qu’aucun pays qui a pris un engagement sérieux en faveur de l’Éducation pour tous ne verra ses efforts contrariés par le manque de ressources » (Article 10, Cadre d’Action de Dakar). Cependant, en dépit de l’augmentation globale des investissements en faveur de l’éducation de base, de larges déficits de financement entravent encore les progrès sur la voie de la réalisation, d’ici à 2015, des objectifs de l’Éducation pour tous (EPT). Par ailleurs, les effets de la crise financière et économique compromettent les progrès remarquables qui ont été réalisés dans le secteur de l’éducation depuis 2000.  

Étant donné qu’une grande partie du financement de l’éducation de base provient du budget des États, la forte volonté politique des gouvernements de mobiliser les ressources nationales est un facteur fondamental. Les gouvernements sont encouragés à investir 4 à 6 % du PNB et 15 à 20 % des dépenses publiques dans l’éducation, selon la situation démographique et économique du pays.   

Outre l’augmentation des ressources nationales, les progrès dans l’éducation exigent également une hausse des ressources extérieures. Pour que soient atteints d’ici à 2015 certains des objectifs de l’EPT dans les pays à faible revenu, les donateurs doivent mobiliser annuellement 16 milliards de dollars des États-Unis supplémentaires. Il est également nécessaire d’augmenter l’efficacité de l’aide, de mieux l’adapter aux priorités nationales et d’harmoniser et de coordonner les différentes sources financières. 

L’absence critique de ressources oblige les partenaires à explorer des types de financement de l’éducation novateurs, qui peuvent constituer un complément important et favoriser une utilisation plus efficiente des rares ressources disponibles. Le Partenariat Mondial pour l'éducation qui s'appelait auparavant l'Initiative de Mise en oeuvre accélerée de l'EPT, aide les pays à faible revenu à accélérer leurs progès vers la réalisation des objectifs de l'EPT d'ici 2015.

Les acquis chèrement obtenus dans l’éducation ne seront pas préservés sans une amélioration des ressources mises à la disposition des populations vulnérables, en particulier dans les pays africains et les régions affectés par des conflits. 

Pour les données les plus récentes sur le financement national et international de l’éducation voir le Rapport mondial de suivi sur l’EPT. 

Rapport
Échanges de créances et conversion de la dette en obligations pour le développement au bénéfice de l’éducation

Liens
Crise économique et éducation
Partenariat Mondial pour l'éducation

 

Retour en haut de la page