Conférence du Partenariat mondial pour l’éducation : L’UNESCO s’engage à soutenir le renforcement des données et de la planification

©UNESCO/Andrés Pascoe

Le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) tiendra sa Conférence d'annonces de contribution à Bruxelles la semaine prochaine (25-26 juin 2014). C’est la deuxième conférence de ce type, à l’occasion de laquelle le mécanisme de financement global sollicite le soutien de la communauté internationale afin d’offrir à chaque enfant l’accès à une éducation de qualité. Les donateurs sont invités à contribuer à la mobilisation de 3,5 milliards de dollars des États-Unis pour des projets en faveur de l’éducation dans 66 pays en développement, au cours des quatre prochaines années (2015-2018).

Face au déclin de l’aide à l’éducation et à la stagnation des progrès dans la scolarisation des enfants, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, plaidera pour le renforcement des efforts visant à accroître le niveau et l’efficacité du financement de l’éducation. Lors de la Conférence d’annonces de contribution cette année, l’UNESCO s’engagera à mener un éventail d’activités visant à améliorer la qualité des données et de la planification de l’éducation, qui est, selon elle, essentielle si l’on veut que les fonds soient déployés efficacement.

« Une bonne planification, éclairée par des données solides et actualisées, est essentielle pour la responsabilisation et pour s’assurer que les ressources sont utilisées de façon stratégique et qu’elles atteignent ceux qui en ont le plus besoin », a souligné M. Qian Tang, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour l'éducation. Il a indiqué que l’UNESCO allait former chaque année au moins 600 planificateurs et analystes des politiques et 100 statisticiens nationaux afin de construire des capacités nationales durables dans ces domaines clés.

L’UNESCO reste le fer de lance des efforts déployés afin de renforcer les capacités nationales pour l’élaboration de politiques fondées sur des données factuelles. En particulier, l’UNESCO :

  • forme des statisticiens, des planificateurs et des analystes des politiques aux niveaux national, régional et local afin de construire des capacités nationales durables ;
  • renforce l’établissement des rapports nationaux sur les flux de financement dans l’éducation ;
  • aide à intégrer les mesures de réduction des risques de conflits et de catastrophes dans tous les aspects de la planification et du suivi du secteur de l’éducation ; et
  • élabore de nouvelles mesures globales afin de contribuer au suivi de l’agenda pour l’éducation post-2015, notamment des questions clés telles que l’équité, la qualité et les résultats d’apprentissage.

Le Secteur de l’éducation de l’UNESCO, ainsi que l’Institut de statistique de l'UNESCO (ISU) et l’Institut international pour la planification de l'éducation (IIPE), constituent la base de l’engagement de l’UNESCO en faveur du GPE. Couvrant plus de 200 pays et territoires, l’ISU est la source la plus complète de données et d’indicateurs mondiaux sur l’éducation, qui porte sur tous les niveaux de l’éducation et aborde toutes les questions clés telles que l’égalité des genres, les enseignants et le financement. L’IIPE améliore les politiques et les pratiques éducatives grâce à des planificateurs et à des responsables capables d’analyser et de planifier, de gérer et de mettre en œuvre, de suivre et d’évaluer.

Durant la Conférence d’annonces de contribution, l’UNESCO et l’UNICEF organiseront une réunion de haut niveau sur l’agenda pour l’éducation post-2015. Les participants examineront le nouvel objectif primordial de l’éducation proposé ainsi que les sept cibles récemment définies par la communauté internationale à la Conférence de Mascate. En tant que première réunion depuis que l’objectif et les cibles ont été identifiés, elle aura pour but de rassembler les partenaires clés autour de ce nouvel agenda pour l’éducation et de rallier des soutiens pour faire de l’éducation un pilier central du cadre de développement pour l’après-2015.

Le GPE, anciennement « Initiative pour la mise en œuvre accélérée de l'Éducation pour tous », a été créé en 2002 afin de fournir un soutien international à l’appui des efforts nationaux en faveur des objectifs de l'Éducation pour tous. Parmi ses partenaires figurent des pays en développement, des donateurs bilatéraux, des institutions multilatérales, des organisations de la société civile/ONG, des enseignants, des fondations privées et le secteur privé. 

Retour en haut de la page