La Directrice générale de l’UNESCO appelle les leaders mondiaux à s’unir en faveur de l’Education pour tous

© UNESCO/A. Wheelerr

« Nous devons agir ensemble car cette question va au-delà de nos différences politiques, culturelles et économiques, » a déclaré Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, en ouvrant la Réunion ministérielle de haut niveau, le 21 novembre, qui s’est tenue dans le cadre de la Réunion mondiale sur l’Éducation pour tous 2012 et qui avait pour objectif une accélération collective de l’élan qui permettra d’atteindre les objectifs de l’Education pour tous d’ici à 2015.

Mme Bokova a souligné l’importance de l’équité dans les systèmes éducatifs, ainsi que celle de la qualité de l’éducation, notamment des enseignants. Améliorer la pertinence des programmes et des liens entre l’école, la société et le lieu de travail est vital, a-t-elle déclaré. Enfin, a-t-elle ajouté, l’éducation est la clé de voûte d’un développement durable et inclusif, de l’inclusion sociale, de l’emploi et de la pleine citoyenneté. Pour conclure, elle a cité l’écrivain et humaniste Victor Hugo : « Savoir étant sublime, apprendre sera doux ».

Dans un message vidéo adressé aux délégués, M. Ban Ki‐moon, Secrétaire général des Nations Unies, a exhorté les leaders mondiaux à accorder la priorité, dans leurs politiques nationales, à son initiative mondiale en faveur de l’éducation – L’éducation avant tout – en leur rappelant que ses objectifs sont parfaitement en phase avec ceux de l’Education pour tous, à savoir scolariser tous les enfants, améliorer la qualité de l’apprentissage et favoriser la citoyenneté mondiale.

S.A.R. la Cheikha Moza bint Nasser, Envoyée spéciale de l’UNESCO pour l'éducation de base et l'enseignement supérieur, a demandé ce que nous dirions aux enfants si les objectifs de l’EPT n’étaient pas atteints. Elle a appelé la communauté internationale à davantage d’ambition, d’effort et de crédibilité afin que des évolutions concrètes soient perceptibles d’ici à 2015. Michaelle Jean, Envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti, a attiré l’attention sur les dégâts occasionnés par l’ouragan Sandy qui a récemment détruit plus d’une centaine d’écoles. Elle s’est inquiétée du fait que 500 000 jeunes n’ont toujours pas accès à l’éducation et qu’ils sont donc privés d’opportunités en matière d’emploi et de croissance. M. Pascal Canfin, Ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé du Développement, s’est exprimé sur l’éducation des filles en Afrique et a souligné que l’aide de la France avait pour objet de remédier à l’exclusion des filles dans une perspective holistique, incluant l’école, l’assainissement et le transport. Les trois intervenants on attiré l’attention sur l’importance d’acquérir de meilleures compétences pour décrocher des emplois.

« Notre génération n’est pas une génération perdue ! »

Pour marquer le lancement officiel de la version « jeunes » du Rapport mondial de suivi sur l’EPT 2012, deux des 12 jeunes auteurs se sont exprimés lors de la réunion. Lubna Sadek, qui est Égyptienne, a déclaré : « Notre génération n’est pas une génération perdue ! C’est pour cela que nous avons intitulé notre rapport Be Skilled, Be Employed, Be the Change Generation [Soyez qualifiés, trouvez un emploi et incarnez le changement] ». Romain Oria, qui est Français, a brandi un stylo qu’il a comparé à une « arme d’éducation massive ». Il a été applaudi lorsqu’il a dit : « Si vous trouvez que l’EPT c’est trop cher, pensez aux budgets militaires… Mettez des stylos dans les mains de vos citoyens, pas des armes ! »

La Réunion mondiale sur l’EPT réunit quelque 80 leaders mondiaux afin d’examiner les efforts collectifs qui sont déployés pour atteindre les objectifs de l’EPT et réévaluer de quelle façon le mouvement de l’EPT est coordonné. Selon le Rapport mondial de suivi sur l’EPT 2012, environ 61 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire et 71 millions d’enfants en âge d’être inscrits dans un premier cycle du secondaire ne sont toujours pas scolarisés. Au moins 250 millions d’enfants ne savent ni lire ni écrire, même après avoir passé quatre ans à l’école.

La réunion est censée inciter la communauté internationale à prendre des engagements clairs et à soutenir l’initiative L’éducation avant tout afin de renforcer la sensibilisation à l’EPT et le rôle que peut jouer l’éducation pour atteindre les autres objectifs internationaux en matière de développement.

Après la cérémonie d’ouverture, M. Placido Domingo a été nommé Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO. Un concert a clôturé la soirée.

Hauts responsables et événements parallèles

La Réunion ministérielle de haut niveau a été précédée par une Réunion de hauts responsables, au cours de laquelle M. Qian Tang, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour l'éducation, a rappelé aux participants qu’il est nécessaire d’accélérer les actions conjointes visant à atteindre les objectifs de l’EPT d’ici à 2015 et de réfléchir aux scénarios à réaliser après 2015 dans les domaines de l’éducation et du développement. « Les parties prenantes de l’éducation doivent élaborer l’ordre du jour du développement pour la période postérieure à 2015 et s’assurer que l’éducation figure aux premiers rangs des préoccupations », a-t-il déclaré.

Les participants ont pris note des progrès présentés dans le Rapport mondial de suivi sur l’EPT 2012 et dans les rapports régionaux sur l’EPT, ont débattu des principales questions liées à l’éducation, aux compétences et à l’emploi des jeunes et ont réfléchi à des façons de surmonter les obstacles aux progrès vers l’EPT.

Organisés par des partenaires de l’EPT, des événements parallèles à la Réunion mondiale sur l’EPT portent sur les indicateurs de l’apprentissage, les taux de redoublement et d’abandon, l’EPT et les OMD, l’égalité des sexes, l’éducation de la petite enfance, les défis des enseignants et les constatations du Rapport mondial de suivi. Parmi les partenaires, citons l’Institut de statistique de l’UNESCO, l’équipe du Rapport mondial de suivi, l’UNGEI, l’UNICEF, l’OCDE, les Partenariats mondiaux pour l’éducation, le Groupe consultatif sur les soins et le développement de la petite enfance et l'Équipe spéciale internationale sur les enseignants pour l'EPT.

Une seconde Réunion de hauts responsables suivra la Réunion ministérielle de haut niveau afin de discuter de la mise en œuvre des recommandations de la Réunion mondiale sur l’EPT et d’identifier les prochaines étapes concrètes sur la voie de l’EPT.

Retour en haut de la page