Amérique latine et Caraïbes

©NASA
Satellite view from South America

Le lancement sous-régional de la DEDD pour l’Amérique latine a eu lieu à l’occasion de la Conférence ibéro-américaine sur le développement durable tenue à Rio de Janeiro, Brésil, en juin 2005, et le lancement sous-régional pour les Caraïbes pendant la conférence sur « L’éducation au développement durable : de nouvelles approches pour l’avenir » organisée à Kingston, Jamaïque, en octobre 2005.

Lors de la réunion de mobilisation régionale sur le thème « Bâtir l’éducation au développement durable en Amérique latine et dans les Caraïbes », à San José, Costa Rica, en octobre 2006, l’UNESCO et la Charte de la Terre ont conjointement souligné la nécessité d’une stratégie régionale pour la DEDD. Le document de stratégie établi reconnaît que le concept de durabilité est à même de créer des synergies entre différents thèmes éducatifs et autres cadres éducatifs des Nations Unies importants dans la région, relatifs notamment à l’environnement, l’interculturalité, la paix, les droits humains, la réduction de la pauvreté, la santé, le VIH/SIDA, l’alphabétisation et l’égalité des sexes devant l’éducation.

Dans cette région, l’EDD se fonde sur la vision commune que les politiques éducatives devraient contribuer à enrayer les processus aigus de dégradation et destruction de l’environnement, ainsi qu’à édifier des sociétés plus justes. Certaines actions prioritaires ont été définies, telles qu’identifier des personnalités qui, par la position qu’elles occupent, peuvent être un obstacle ou au contraire un moteur pour la promotion de l’EDD : responsables syndicaux, leaders communautaires, responsables associatifs, chefs religieux, communicateurs et journalistes, coordinateurs de réseaux, de coalitions et de mouvements sociaux ; ainsi que porter une attention particulière aux secteurs vulnérables : enfants, jeunes, personnes âgées, populations autochtones, etc.

S’assurer de fonds et de ressources appropriés pour développer l’EDD dans la région demandera l’engagement conjoint de tous les acteurs concernés : gouvernements, organisations internationales, secteur privé et organisations de la société civile. C’est pourquoi il est impératif d’inscrire à titre prioritaire l’EDD à l’ordre du jour des forums de ministres de l’éducation et de l’environnement de la région. En ce sens, les activités de la DEDD pourraient être coordonnées avec des programmes tels que le Projet régional d’éducation pour l’Amérique latine et les Caraïbes (PRELAC) et le Programme d’éducation à l’environnement pour l’Amérique latine et les Caraïbes (PLACEA).

Retour en haut de la page