Biodiversité

©UNESCO/Namal Kamalgoda
Central Highlands of Sri Lanka

La diversité biologique, ou biodiversité, apparaît à tous les degrés d’organisation du vivant (gènes, espèces, écosystèmes et paysages) et dans toutes les formes de vie, d’habitat et d’écosystème (forêts tropicales, mers et océans, écosystèmes de savane, zones humides, terres arides, montagnes, etc.).

L’impact de l’activité humaine – amplifié à l’époque récente par la croissance démographique et le changement climatique – a fortement réduit la biodiversité des écosystèmes du monde entier. Il est important de réorienter les programmes éducatifs afin qu’enseignants et apprenants soient capables de la protéger. La biodiversité devrait figurer dans tous les projets d’enseignement et d’apprentissage, les programmes scolaires et les matériels pédagogiques. Les résultats d’apprentissage recherchés devraient couvrir la compréhension théorique, l’acquisition de valeurs, le développement des compétences et l’adoption d’attitudes favorables à la préservation de la biodiversité.

 

L’EDD et la biodiversité à l’UNESCO

Le projet de gestion de la Comoé du Programme sur l’homme et la biosphère (MAB) mené conjointement par l’UNESCO et le PNUE fait appel à six réserves de biosphère d’Afrique occidentale (Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal et Bénin) pour préserver des zones naturellement riches en biodiversité en s’appuyant sur le savoir et l’expérience des communautés rurales locales. Ce projet entend en tirer des enseignements pour la préservation et l’utilisation durable de la biodiversité de la savane.

Parallèlement, il vise à renforcer les compétences et les capacités techniques des populations vivant sur ces réserves de biosphère en créant des mécanismes appropriés d’enseignement et d’apprentissage. À cet effet sont organisés des formations et des jeux de rôles, très efficaces pour sensibiliser à différents aspects de la préservation ainsi que de l’utilisation et de la promotion des ressources des aires protégées. L’EDD est en outre mise à profit pour tester des modalités conciliant préservation et croissance de l’activité humaine.

Retour en haut de la page