Diversité culturelle

© B. Combes

« La richesse de notre diversité (…) est notre force collective. »

(Déclaration de Johannesburg, 2002)

L’humanité vit partout dans le monde, à l’exception de l’Antarctique, depuis des siècles. En travaillant et vivant ensemble, un groupe humain crée une culture qui lui est propre. Les cultures du monde forment une mosaïque riche et variée. Cette diversité culturelle multiplie les choix, nourrit un éventail de compétences, de valeurs humaines et de visions du monde et tire du passé la sagesse nécessaire pour éclairer l’avenir. La diversité culturelle est le ressort central du développement durable des individus, des communautés et des pays. Une approche mondiale efficace du développement durable et de l’EDD passe donc par le respect, la protection et le maintien de la diversité culturelle du monde, aujourd’hui et demain.

La diversité culturelle influe fortement sur l’EDD car :

  • toute EDD doit être localement pertinente et culturellement appropriée ;
  • la culture détermine ce que la génération présente veut apprendre à la suivante : savoirs, compétences, éthique, langues et conceptions du monde ;
  • l’EDD appelle la compréhension interculturelle, indispensable pour vivre ensemble en paix, dans la tolérance et en acceptant les différences entre groupes ethniques et culturels.

L’EDD et la diversité culturelle à l’UNESCO

Dans le cadre de la DEDD et du travail accompli par l’UNESCO en matière de protection et de promotion et de la diversité culturelle, le projet d’éducation au patrimoine mondial en faveur du développement durable vise à renforcer les liens entre culture et EDD. Il a pour objectif de dresser l’inventaire du patrimoine communautaire matériel et immatériel. Les communautés dialoguent sur la signification et le rôle de leur patrimoine au regard de l’EDD, documentent les contributions qu’elles en tirent et formulent des propositions pour l’action à venir.

L’EDD et les savoirs autochtones à l’UNESCO

En 2005, à la demande de chefs mayangnas d’Amérique centrale, le programme de l’UNESCO sur les Systèmes des savoirs locaux et autochtones (LINKS) a lancé un projet visant à enregistrer et sauvegarder les savoirs des Mayangnas ainsi que leurs conceptions du monde. La communauté a choisi pour thème de la première phase les poissons et les tortues, source essentielle de protéines et élément central de son mode de vie.

Après de nombreuses consultations au niveau communautaire, le programme LINKS a publié en 2009 en espagnol Conocimientos del Pueblo Mayangna sobre la Convivencia del Hombre y la Naturaleza : Peces y Tortugas

L’ouvrage illustre avec un grand souci du détail l’ampleur et la profondeur des connaissances autochtones sur le monde aquatique, mêlant des observations empiriques sur le comportement, l’habitat, la reproduction et la migration des espèces, des commentaires sociaux sur le partage, l’apprentissage et la récolte et des réflexions cosmologiques sur les relations entre humains et animaux et les esprits locaux. Il offre un point de départ pour améliorer la gestion de la biodiversité en interrogeant de pair science et savoir autochtone.

 

Retour en haut de la page