Prévention des catastrophes naturelles

© UNESCO/ Fernando Brugman
Une salle de classe détruite suite eu tremblement de terre, Haïti

Les récentes catastrophes survenues en 2010 en Haïti et au Pakistan ont démontré la nécessité d’utiliser « les connaissances, les innovations et l’éducation pour instaurer une culture de sécurité et de résilience à tous les niveaux », ainsi que l’énonce le Cadre d’action de Hyogo pour 2005-2015. En ce sens, le rôle de l’éducation dans l’adoption de stratégies de réduction des risques de catastrophes est triple : (1) sauver des vies et éviter les dégâts humains ; (2) éviter l’interruption des activités d’enseignement ou assurer leur prompte reprise ; et (3) rendre la population résiliente pour qu’elle soit capable de réduire l’impact économique, social et culturel de la survenue d’un aléa.

L’éducation à la réduction des risques liés aux catastrophes (DRR ED) considère les liens entre société, environnement, économie et culture ainsi que leurs impacts. Elle promeut également la réflexion critique et la résolution de problèmes, de même que les compétences sociales et émotionnelles cruciales pour l’autonomisation des groupes menacés ou touchés par une catastrophe.

L’EDD contribue, par son approche interdisciplinaire et globale de l’apprentissage, à créer des sociétés résilientes. Elle favorise une perspective à long terme dans les processus de prise de décision et des méthodes molaires innovantes dans la résolution de problèmes. Elle contribue par conséquent à la DRR, tandis que cette dernière accroît la pertinence et la qualité de l’éducation dans les zones à risque.

 

L’EDD et l’éducation à la réduction des risques de catastrophes naturelles à l’UNESCO

L’UNESCO apporte des conseils spécialisés et une assistance technique aux gouvernements concernés, aux institutions des Nations Unies et aux associations sans but lucratif en vue de relancer le système éducatif après une catastrophe. Elle joue un rôle catalyseur par le plaidoyer, la mise en réseau et la participation aux activités interinstitutionnelles, afin que les besoins éducatifs soient satisfaits dans les situations de post-catastrophe. Elle a une part active dans des programmes de post-catastrophe tels que le mis en œuvre dans la région de l’Asie et du Pacifique.

La contribution de l’UNESCO a été précieuse au sein de la plate-forme thématique sur le savoir et l’éducation de la Stratégie interne de prévention des catastrophes (SIPC) de l’ONU. Auprès de ses partenaires pour  la SIPC, l’UNESCO promeut l’intégration de la réduction des risques de catastrophes naturelles dans les programmes éducatifs nationaux, les programmes scolaires et les stratégies nationales, et soutient la prévention des catastrophes naturelles. L’UNESCO a défendu la DRR dans un certain nombre d’événements internationaux, dont l’atelier «  » organisé au cours de la tenue à Bonn en 2009.

 

Retour en haut de la page