21.06.2012 - Education Sector

Lancement à Rio de l’Initiative des établissements d’enseignement supérieur en faveur du développement durable

Le lancement de la nouvelle Initiative des établissements d’enseignement supérieur en faveur du développement durable a été bien accueilli lors d’un événement parallèle spécial, organisé le 19 juin avant l’ouverture de la Conférence Rio+20.

Des responsables d’universités du monde entier ont signé la Déclaration de l’Initiative, un accord visant à ce que soient enseignés les concepts du développement durable, à encourager la recherche sur les questions relatives au développement durable, à créer des campus verts partout dans le monde, à soutenir la durabilité au niveau local, et à partager les résultats avec la communauté mondiale.

Organisé par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, en coopération avec l’UNESCO, le Programme des Nations Unies pour l’environnement, le Pacte mondial des Nations Unies,  les Principes pour une éducation au management responsable (PRME) et l’Université des Nations Unies, cet événement parallèle a rassemblé des responsables de la communauté universitaire internationale afin qu’ils prennent un engagement public en faveur de la durabilité.

Elisabeth Thompson, Coordonnatrice exécutive de Rio+20, a ouvert l’événement. Elle a expliqué qu’elle lançait cette Initiative parce qu’elle était fermement convaincue que l’éducation est au cœur de l’Agenda de la Conférence de Rio. Mme Thompson a également souligné la nécessité d’inclure la durabilité dans les futurs classements des universités.

« L’enseignement supérieur est essentiel car il permet de responsabiliser l’ensemble des femmes et des hommes en matière d’innovation et de changement », a déclaré Gretchen Kalonji, Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour le Secteur des sciences exactes et naturelles, au nom d’Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO. Selon Gretchen Kalonji, les universités doivent parvenir à mieux servir nos sociétés. Elles doivent élaborer des innovations qui constitueront autant de solutions en matière de développement durable. « Je vois cela comme la mission éthique de l’enseignement supérieur du 21e siècle : mieux comprendre le monde afin de mieux le protéger, de former les nouveaux leaders des sociétés vertes dont nous avons besoin, et de jeter les bases d’une nouvelle citoyenneté de la durabilité. » Mme Kalonji a prévenu que le développement ne serait durable que si les générations présentes et futures se voyaient donner les moyens de le conduire et de le construire, et elle a appelé à un accès plus large des jeunes à l’enseignement supérieur.

Un groupe de discussion interactif a réuni quatre éminents représentants d’universités signataires de l’Initiative des établissements d’enseignement supérieur en faveur du développement durable : le Prof./Dr. Eden Mamut, Directeur du Réseau des universités de la Mer noire, UNAI Hub on Sustainability (Roumanie),  le Prof. Pei Gang, Président de l’Université Tongji (Chine), le Prof. Antonio Freitas, Doyen de la Fundação Getulio Vargas (Brésil) et Jean-Christophe Carteron, Euromed Management (France).

Les responsables d’universités ont présenté des exemples significatifs de leur action. L’Université Tongji considère que l’EDD est cruciale. Son Président, le Prof. Pei Gang, a affirmé que, pour devenir une université de pointe, il fallait associer une approche centrée sur les arts et lettres à un enseignement transdisciplinaire du développement durable. Le Prof. Antonio Freitas a annoncé que l’initiative avait convaincu le Ministre brésilien de l’éducation d’adhérer aux principes directeurs intégrant l’EDD dans l’ensemble des écoles brésiliennes.

Dirigé par Elizabeth Thompson, le groupe de discussion comprenait un représentant d’une organisation internationale d’étudiants, qui a approuvé l’Initiative. Les étudiants ont souvent été au centre des débats. L’accent a été mis sur le fait que les étudiants étaient les principaux acteurs du changement, et non les simples bénéficiaires des enseignements.

Au terme de la discussion, des représentants du PNUE, de l’UNESCO, du Pacte mondial des Nations Unies, des Principes pour une éducation au management responsable (PRME) et de l’Université des Nations Unies ont précisé de quelle façon leurs activités soutiendraient l’Initiative qui venait d’être lancée. Le Chef de la Section de l’Éducation pour le développement durable de l’UNESCO, Alexander Leicht, a assuré les participants qu’en tant qu’institution chef de file de la Décennie des Nations Unies pour l'éducation au service du développement durable (DESD), l’UNESCO contribuerait à l’initiative par le biais d’activités de soutien et de suivi, notamment la poursuite de ses activités de plaidoyer en faveur de l’EDD, de formation des enseignants et de soutien à son réseau mondial des Chaires UNESCO.

 




<- retour vers Education au développement durable
Retour en haut de la page