16.06.2014 - Education Sector

L’UNESCO forme les enseignants au changement climatique

UNESCO/Julia Heiss

Certains enseignants peuvent éprouver des difficultés à parler du changement climatique. Pour remédier à cette situation, l’UNESCO dispense une série de stages de formation de quatre jours visant à aider les enseignants à débattre des questions liées au changement climatique à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de classe. Le dernier stage de formation, organisé en République dominicaine, a rassemblé 35 enseignants de 13 pays d’Amérique centrale et des Caraïbes.

« Le stage arrive à point nommé pour nous », a déclaré Petal Jeeto, coordinatrice de l’enseignement scientifique pour le ministère de l’Éducation du Guyana. « Nous sommes sur le point d’intégrer largement le changement climatique et l’éducation au développement durable dans les programmes scolaires et les politiques de notre pays. Le stage nous a montré comment associer les écoles et les communautés ».

Le stage a pour but d’aider les enseignants à traiter des impacts mondiaux et locaux du changement climatique, tout en initiant les participants à l’éducation au changement climatique au service du développement durable (EDD).

« L’approche d’EDD n’est pas une solution miracle. Ce n’est qu’en l’intégrant en tant qu’apprentissage tout au long de la vie que nous pourrons parvenir à des changements en faveur de modes de vie et de pratiques plus durables », a fait remarquer l’animatrice du stage, Lausanne Olvitt.

Chaque stage comprend également de nombreux exercices pratiques. Par exemple, les enseignants sont emmenés à la plage afin de découvrir l’approche Sandwatch-MATCH : mesurer, analyser, partager et agir. Un groupe a mené des activités Sandwatch sur la plage de Boca Chica, qui ont consisté à mesurer la taille de la plage et à interroger un certain nombre de locaux, notamment des pêcheurs et des propriétaires de restaurants et d’hôtels, afin d’évaluer la qualité de l’eau, les futurs impacts du changement climatique  ainsi que les changements environnementaux qui se sont déjà produits au fil du temps.

« Ces activités m’ont ouvert les yeux sur la vulnérabilité des zones et des infrastructures côtières », a déclaré Nora Pieter, experte en infrastructures et réduction des risques de catastrophes pour le ministère de l’Éducation de la République dominicaine.

Andy Paul, un directeur d’école primaire de Trinité-et-Tobago, a également observé que les approches d’EDD utilisées dans le cadre du stage contribuaient à rendre le thème pertinent en l’associant à des situations concrètes.

Le stage, qui s’est déroulé en mai en République dominicaine, était le troisième d’une nouvelle série de stages organisés dans différentes régions. Les deux premiers stages de cette nouvelle série ont été organisés l’année dernière en Afrique du Sud pour les enseignants d’Afrique australe et orientale, et au Cap-Vert pour les enseignants de la région d’Afrique occidentale et centrale. Le prochain stage de formation pour les enseignants de la région Pacifique aura lieu en septembre 2014.

Liens

Couverture médiatique

 

 




<- retour vers Education au développement durable
Retour en haut de la page