Le Rapport & Education pour Tous (EPT)

Développé par une équipe indépendante et publié par l'UNESCO, le Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous est une référence qui vise à informer, influencer et de soutenir un véritable engagement envers l'éducation pour tous.

Le Rapport

En avril 2000, le Forum mondial sur l'éducation a réuni à Dakar (Sénégal) plus de 1100 personnes venant de 164 pays.

Les participants - enseignants, ministres, universitaires, responsables politiques, représentants d'ONG et d'organisations internationales - ont adopté à cette occasion le Cadre d'action de Dakar, L'éducation pour tous : tenir nos engagements collectifs.
 
Le Rapport mondial sur le suivi sur l’Éducation pour tous est le principal instrument d’évaluation des progrès réalisés, à l’échelle mondiale, dans la réalisation des six objectifs de l’EPT définis à Dakar. Il mesure les progrès, identifie les réformes politiques efficaces et les meilleures pratiques qui ont cours dans tous les domaines touchant à l’EPT. La publication met également en lumière les problèmes émergents et s’attache à promouvoir la coopération internationale en faveur de l’éducation.

Le but essentiel de ce rapport est de fournir les informations nécessaires à la définition de politiques et d’inciter à un plus grand engagement politique en faveur de l’éducation pour tous. Il est également de contribuer à responsabiliser toutes les parties quant aux promesses qu’elles ont faites en 2000. Ce document s’adresse aux décideurs – à l’échelle nationale et internationale – et, plus largement, à tous ceux qui sont engagés dans la promotion du droit à une éducation de qualité : les enseignants, les groupes de la société civile, les ONG et la communauté internationale.

Outre sa fonction de compte rendu annuel des progrès accomplis vers chacun des objectifs de l’EPT, chaque rapport est également consacré à un thème particulier, choisi en fonction de son importance dans le processus de l’EPT.

La publication est financée conjointement par l’UNESCO et des institutions multilatérales et bilatérales et bénéficie de l’expertise d’un Comité consultatif international. Lors de ses réunions annuelles, le Comité examine la portée et le contenu du rapport en cours et formule des conseils pour la suite de son élaboration.

Le rapport est élaboré sur une période de 12 à 18 mois. Il se fonde sur les travaux de recherche et sur l’expertise des gouvernements, des ONG, des institutions bilatérales et multilatérales, des instituts de l’UNESCO et d’institutions de recherche. Les documents de recherche commandés pour chaque rapport sont disponibles sur ce site.

Chaque année, le rapport est transmis au Directeur général de l’UNESCO et examiné par le Groupe de haut niveau sur l’Éducation pour tous, composé de vingt-quatre membres, parmi lesquels des ministres et des représentants d’organismes bailleurs de fonds, d’institutions des Nations Unies et d’ONG. Son rôle, tel que le définit le paragraphe 19 du Cadre d’action de Dakar, est d’entretenir et d’accélérer la dynamique politique créée lors du Forum mondial sur l’éducation et de contribuer à renforcer la mobilisation de ressources.

L'équipe du rapport favorise la traduction du rapport dans les langues officielles des Nations Unies et dans d’autres langues, afin que ses analyses et conclusions soient largement diffusées.

Questions fréquentes

Afficher tout / Cacher tout

répertoire des faq

Qu’est-ce que le Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous ?

En 2000, au Forum mondial sur l’éducation de Dakar (Sénégal),
164 pays se sont engagés à atteindre, en 2015, les six objectifs de l’éducation pour tous (EPT) et d’améliorer ainsi très largement
les possibilités d’apprentissage ouvertes aux enfants, aux jeunes et aux adultes.

Les organisations internationales, pour leur part, ont fait la promesse qu’aucun pays engagé dans cet effort n’en serait empêché par un manque de ressources. S’est alors imposée la nécessité de disposer d’un suivi régulier et rigoureux des progrès réalisés en direction des six objectifs de Dakar, d’identifier les stratégies prometteuses et de tenir les gouvernements et les bailleurs de fonds responsables de leurs promesses.

répertoire des faq

À qui ce Rapport est-il destiné ?

Le Rapport propose un programme de réforme des politiques d’éducation. Il s’adresse à tous ceux et celles qui définissent ces politiques : ministres, décisionnaires, parlementaires et planificateurs de l’éducation. Mais il s’adresse aussi aux membres de la société civile qui s’investissent dans l’éducation, comme les enseignants, les organisations non gouvernementales, les chercheurs et les médias. Riche d’exemples et d’arguments, ce Rapport cherche à favoriser débats, échanges d’expériences et actions en faveur de l’éducation.

répertoire des faq

Le Rapport est publié par l’UNESCO mais demeure indépendant. Pourquoi ?

De même que les six objectifs de Dakar n’émanent pas d’une seule agence des Nations Unies mais sont le résultat d’un accord mondial, le Rapport ne représente pas le point de vue d’une seule organisation.

C’est un projet international de suivi et d’évaluation des performances des gouvernements, de la société civile, des bailleurs de fonds bilatéraux et des organisations internationales en matière d’éducation.

Le Comité éditorial du Rapport se réunit chaque année. Sa composition reflète la diversité des parties prenantes ainsi que leur esprit de partenariat et de coopération à une entreprise commune.

répertoire des faq

Comment le Rapport est-il financé ?

Le Rapport reçoit des financements de plusieurs bailleurs de fonds bilatéraux (Allemagne, Australie, Canada, Danemark, France, Irlande, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse) et de l’UNESCO.

 

répertoire des faq

Comment le Rapport est-il réalisé ?

Le Rapport est réalisé par une équipe internationale située au siège de l’UNESCO à Paris (France) et composée de chercheurs qui s’appuient sur un large éventail de compétences.

Chaque année, le Rapport porte sur un thème différent. L’Équipe du Rapport travaille avec un comité consultatif composé de spécialistes de ce thème et de praticiens de différentes régions du monde. Elle fait la synthèse des publications spécialisées et passe commande d’études à des chercheurs et à des instituts dans le monde entier.

Depuis 2005, des consultations en ligne sont organisées afin de recueillir des informations complémentaires et d’enrichir le contenu du Rapport.

répertoire des faq

D’où proviennent les données utilisées dans le Rapport ?

L’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) est la principale source des données présentées dans le Rapport. Il fournit des données systématiques sur les élèves, les enseignants, la progression des élèves à l’école, l’alphabétisme des adultes et les dépenses d’éducation.

Situé à Montréal (Canada), il recueille des données d’environ 200 pays et territoires. Il existe des insuffisances majeures dans la couverture de certaines données, ce qui rend difficile le suivi de plusieurs dimensions de l’EPT, comme celui du financement public de l’éducation. Pour accélérer la collecte des données, l’ISU collabore étroitement avec certains gouvernements dans leurs efforts pour renforcer leurs systèmes statistiques et leurs capacités d’analyse.

L’équipe du Rapport recourt également à d’autres sources de données, dont les enquêtes nationales sur les ménages, et commande des études complémentaires.

répertoire des faq

Pourquoi le Rapport n’utilise-t-il pas les données les plus récentes dont beaucoup de pays disposent ?

Le Rapport publie des données de qualité garantie et compilées de façon à ce que les statistiques d’une majorité de pays puissent être comparables sur le plan international, en utilisant la classification internationale type de l’éducation (CITE). Toutefois, tous les pays n’emploient pas les mêmes systèmes de classification, ce qui conduit parfois à des écarts entre les statistiques nationales et celles qui sont publiées au niveau international.

Les différences peuvent également provenir des estimations de population utilisées : pour calculer plusieurs indicateurs, l’ISU utilise les estimations démographiques de la Division de la population des Nations Unies, qui sont quelquefois différentes des estimations nationales de la population publiées par les pays.

De façon plus générale, le processus qui permet de garantir la qualité des données entraîne un décalage dans le temps entre leur collecte (et, souvent, leur publication) par les pays et par l’ISU par l’intermédiaire de ce Rapport et d’autres ouvrages.

répertoire des faq

Est-il possible de classer les performances réalisées par les pays ?

L’indice du développement de l’éducation pour tous (IDE), mis au point par l’équipe du Rapport en 2003, est conçu pour offrir une vision globale des progrès réalisés en direction des quatre objectifs mesurables de l’EPT : l’éducation primaire universelle, la parité entre les sexes, l’alphabétisation des adultes et la qualité de l’éducation, en utilisant un indicateur représentant chacun d’eux.

Cet indice composite fait apparaitre de façon frappante les liens étroits existant entre tous ces objectifs. Une mauvaise qualité de l’éducation, par exemple, peut ralentir les progrès vers l’enseignement primaire universel.

répertoire des faq

Comment le Rapport est-il distribué et diffusé ?

Des lancements organisés dans toutes les régions du monde à la sortie du Rapport permettent une large couverture médiatique. En outre, les conclusions du Rapport sont utilisées lors des réunions ministérielles sur l’EPT et lors de conférences universitaires internationales, dans des sessions de formation pour les professionnels de l’éducation et des séminaires réunissant les gouvernements et les bailleurs ainsi que des chercheurs et des enseignants.

Des résumés du Rapport sont disponibles dans les six langues officielles des Nations Unies et dans plusieurs autres langues, dont l’allemand, le bengali, hindi, le khmer, le thaï et le vietnamien. Tous les Rapports publiés, l’ensemble des articles commandés et les annexes statistiques peuvent être consultés sur le Web (www.efareport.unesco.org).

répertoire des faq

Est-il possible de réaliser les objectifs de l’EPT ?

L’éducation est d’abord et avant tout un droit, dont sont toujours privés plus de 67 millions d’enfants et encore plus d’adultes. Les faits sont là : les pays qui investissent dans l’éducation pour tous améliorent leur niveau de bien-être social et économique.

Pourtant, au rythme des évolutions actuelles, quelque 70 pays ne seront pas en mesure d’atteindre les objectifs de l’EPT. L’aide internationale à l’éducation est très loin d’atteindre le niveau qui permettrait de soutenir le développement de l’offre éducative. Les gouvernements doivent, dès aujourd’hui, faire de l’éducation une priorité nationale, et la communauté internationale doit les encourager dans cet effort.

Retour en haut de la page