Le harcèlement

Un(e) élève est victime de harcèlement lorsqu’il(elle) est exposé(e) de façon répétée, sur une période de temps donnée, à un comportement agressif qui inflige intentionnellement des blessures ou des désagréments par le contact physique, les agressions verbales, la bagarre ou la manipulation psychologique. Le harcèlement implique un déséquilibre des relations de pouvoir. Il comprend les moqueries, les railleries, l’utilisation de surnoms blessants, la violence physique ou l’exclusion sociale. L’agresseur agit seul ou au sein d’un groupe de pairs. Le harcèlement peut être direct – par exemple lorsqu’un enfant demande à un autre de lui donner de l’argent ou des objets qui lui appartiennent – ou indirect, par exemple lorsqu’un groupe d’élèves répand des rumeurs à propos d’un autre groupe. Le « cyber-harcèlement» désigne des formes de harcèlement par courrier électronique, téléphones portables, textos ou sites Web diffamatoires.

Les enfants qui sont handicapés, qui expriment une préférence sexuelle non majoritaire ou qui sont issus d’un groupe ethnique ou culturel minoritaire ou d’un milieu socio-économique particulier sont plus exposés au harcèlement.

Que ce soit pour l’agresseur ou pour l’élève victime de harcèlement, le cycle de violence et d’intimidation engendre davantage de difficultés relationnelles et de mauvais résultats scolaires. Plus souvent que leurs pairs, les élèves victimes de harcèlement sont sujets à la dépression, à la solitude ou à l’anxiété, et ils ont une mauvaise image d’eux-mêmes. L’agressivité des auteurs de harcèlement est souvent motivée par les frustrations, l’humiliation, la colère ou encore le ridicule social.

En finir avec la violence à l’école : Guide à l’intention des enseignants Ar | En | Fr | Sp

 

Impact du harcèlement homophobe

Des études ont démontré que le harcèlement homophobe fait baisser la fréquentation des établissements d’enseignement, conduit à un abandon précoce et a des effets négatifs sur la réussite scolaire. Le harcèlement homophobe peut également avoir un impact désastreux sur la santé mentale et psychologique des jeunes, et par conséquent sur leur éducation. Des liens ont été clairement établis entre le harcèlement homophobe répété et subi sur de longues périodes et des cas de dépression, d’angoisse, de perte de confiance, de repli sur soi, d’isolement social, de culpabilité et de troubles du sommeil. Les apprenants victimes de harcèlement homophobe à l’école sont plus susceptibles de songer à se faire du mal et, généralement, plus susceptibles de se suicider que les autres jeunes.

Le harcèlement homophobe a un impact sur les victimes, sur les auteurs, les témoins ainsi que les écoles dans lesquelles il a lieu. Le harcèlement homophobe a de graves conséquences sur le plan éducatif, il a un impact sur le droit à l’éducation et sur l’Éducation pour tous, il est une forme de discrimination et d’exclusion, et il viole le principe de sécurité à l’école. Il constitue un problème éducatif qui doit être résolu par le secteur de l’éducation.

 

Retour en haut de la page