Expériences en Jamaïque

"Dieu merci, aujourd’hui, les gens accordent davantage d’attention au harcèlement homophobe et à ses conséquences. Mais il est trop tard pour ceux qui se sont suicidés et ceux d’entre nous qui ont été victimes de harcèlement. Je ne suis pas très viril et on s’est beaucoup moqué de moi à l’école primaire, à l’âge où les mots font le plus mal. Quand je suis allé au lycée en ville, je me suis promis d’être différent et, pendant les premiers mois, j’ai fait de mon mieux pour avoir l’air d’un ‘mec’. Mais ça n’a pas marché.

Les moqueries ont recommencé. Des rumeurs ont commencé à circuler. Je l’ai très mal vécu. Mes notes ont beaucoup baissé. J’ai commencé à sécher les cours et à faire l’école buissonnière. Souvent, je restais au lit et je pleurais. Je me considérais comme responsable de cette hostilité à mon égard, et je priais le Seigneur de m’aider à changer. J’ai essayé d’imiter les garçons qui me harcelaient. J’ai modifié mon apparence, j’ai cessé de respecter les enseignants, me faisant exclure chaque semaine.  En quatrième, j’ai décidé que je ne pouvais plus continuer à laisser cette situation me conduire dans la mauvaise direction. J’ai des amis et une famille qui m’aime. Ce n’est pas complètement fini – il y en a encore qui disent des choses blessantes – mais les choses s’améliorent."

 

Retour en haut de la page