13.03.2014

L’éducation à la puberté et la gestion de l’hygiène menstruelle : Une responsabilité du secteur de l’éducation

© shutterstock/Aman Ahmed Khan

La puberté est une période de changement pour tous les jeunes, mais elle est particulièrement éprouvante pour les filles qui sont souvent mal préparées aux changements de leur corps, ce qui peut devenir un obstacle majeur à leur éducation. Dans certaines régions du monde, deux filles sur trois ont déclaré n’avoir eu aucune idée de ce qui leur arrivait lorsqu’elles ont eu leurs premières règles.

Cette situation peut avoir de nombreux effets néfastes sur leur développement physique et émotionnel, conduire à une baisse de leur estime d’elles-mêmes et à de mauvais résultats scolaires. Selon une étude menée au Ghana, 95 % des filles ont déclaré qu’elles manquaient parfois l’école à cause de leurs règles, et des recherches menées en Éthiopie ont démontré que 39 % d’entre elles avaient connu une baisse de leurs résultats scolaires pour la même raison. Souvent, l’absence d’installations sanitaires adéquates à l’école, ainsi que la peur et la gêne, accentuent encore leur décrochage à cette étape cruciale de leur vie.

© shutterstock/Nolte Lourens

Avec 593 millions d’élèves dans le primaire, – et chaque année une nouvelle génération d’élèves atteignant la puberté – les écoles sont l’endroit idéal pour atteindre la majorité d’entre eux avant leur entrée dans la puberté, afin qu’ils puissent être préparés à ces changements. Pourtant, le secteur de l’éducation reçoit peu d’orientations détaillées et systématiques à ce sujet, notamment les directeurs, les enseignants et les parents.

La publication « Puberty Education and Menstrual Hygiene Management » (Éducation à la puberté et gestion de l’hygiène menstruelle ) est le neuvième volume de la série de l’UNESCO intitulée Politiques rationnelles et bonnes pratiques sur l’éducation et le VIH & sida, qui vise à aider le secteur de l’éducation à résoudre ces problèmes et à améliorer la qualité de l’éducation. 

© shutterstock/lazyllama

La publication identifie des moyens pour que tous les partenaires du secteur de l’éducation collaborent dans le domaine de l’éducation à la puberté et de la gestion de l’hygiène menstruelle dès l’école primaire. Elle fournit également des recommandations claires sur ce qu’il convient de faire pour éliminer les préjugés associés à la menstruation et offrir à toutes les filles la possibilité de grandir pour devenir des femmes totalement autonomes. La publication met en avant une vision de l’éducation à la puberté fondée sur les compétences, inclusive et globale. Elle s’intègre dans un programme d’éducation sexuelle globale, s’inscrivant dans un programme plus vaste en matière de santé, qui fait partie intégrante d’une approche globale de la santé scolaire.

« Les filles qui ont peur d’aller à l’école pendant leurs règles ont moins de chances de devenir des femmes totalement autonomes », affirme Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO.  « Cette publication est une étape importante pour mobiliser le soutien global nécessaire à la réalisation de l’égalité entre les filles et les garçons dans l’éducation. Nous devons mobiliser les éducateurs, les responsables politiques, les organisations non gouvernementales et le secteur privé afin de soutenir l’éducation à la puberté et la gestion de l’hygiène menstruelle, un élément indispensable des efforts visant à atteindre l’égalité des genres et l’accès à une éducation de qualité pour tous les élèves. »

En conclusion, la publication appelle les ministères de l’Éducation à : éduquer tous les élèves, fournir un environnement sûr et mettre en relation les élèves avec les services de santé afin de réaliser une éducation de haute qualité pour tous.

L’UNESCO et Procter & Gamble se sont associés pour lancer la publication à l’Organisation des Nations Unies à New York. Le lancement coïncidera avec la réunion de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies, qui aura lieu cette année.

Puberty Education: a call for social change - Princess Marie of Denmark
Retour en haut de la page