La Directrice générale s’associe à des chefs d'agences des Nations Unies pour promouvoir les droits des adolescentes

©UNESCO/Forbes, Inez

Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, a signé la Déclaration commune des Nations Unies sur l’accélération des efforts visant à promouvoir les droits des adolescentes. Les autres signataires sont les chefs de secrétariat du FNUAP, de l’UNICEF, de l’UNIFEM, du BIT et de l’OMS.

La Déclaration a été lancée le 3 mars 2010, à l’occasion de la 54e session de la Commission de la condition de la femme.

Quinze ans après le Programme d’action de Beijing, cette Commission fait actuellement le point sur la situation.  
 
La Déclaration témoigne de l’ambition commune des signataires d’intensifier le soutien apporté par leurs organes à la promotion des programmes et politiques qui autonomisent les adolescentes les plus difficiles à atteindre, notamment celles âgées de 10 - 14 ans. Elle s’inscrit dans le cadre d’une volonté commune de promouvoir l’égalité des sexes ainsi que l’autonomisation des filles et des femmes.  
 
Le Cadre d’action de Dakar (2000) a pour objectif d’assurer l’égalité des sexes dans l’éducation. Cependant, dans le monde entier, les filles sont encore confrontées à un ensemble spécifique d’obstacles à l’apprentissage. Le mariage précoce - qui empêche les filles de progresser au-delà de l’école primaire - est l’une de ces barriéres, de même que l’absence de curricula inclusifs qui tiennent compte des deux sexes ou la violence à l’égard des filles, à l’intérieur ou à l’extérieur de l’école. Les attitudes et les attentes des enseignants peuvent être influencées par des stéréotypes sexistes, de même que les manuels utilisés en classe. Le nombre d’adolescentes susceptibles de ne pas être scolarisées est toujours plus important que celui des adolescents.
 
L’égalité entre les sexes est l’une des deux « priorités globales » de l’UNESCO.

Liens associés 

ONU Déclaration conjointe (en anglais)

 

 

Retour en haut de la page