2010

©UNESCO

Les technologies sont-elles des amies ou des ennemies lorsqu’il s’agit de préserver les langues locales ? Cette question est l’une de celles qui ont été posées dans le cadre de l’événement de deux jours qui a marqué la 11ème Journée internationale de la langue maternelle (IMLD).

Le Symposium international: Traduction et médiation culturelle a réuni des experts à Paris les 22 et 23 février qui ont débattu de différents sujets tels que « Connecter les langues mondiales et locales » et « Traduction, compréhension mutuelle et stéréotypes ».  

Des sessions d’information sur les activités de l’UNESCO dans le domaine des langues et du multilinguisme ont été notamment consacrées au nouvel Atlas des langues en danger dans le monde. Deux présentations avaient également été prévues : la première portait sur l’éducation multilingue à partir de la langue maternelle et la seconde était intitulée Technologies et langue maternelle : Amies ou ennemies ? 

L’IMLD prend davantage d’importance d’année en année avec de plus en plus de pays qui organisent des événements éducatifs et culturels à cette occasion ne cesse de croître. Cette année, parmi les autres événements organisés à travers le monde, il convient de citer le village de Kovacica en République de Serbie – où vivent aux côtés des Serbes des minorités nationales slovaque, roumaine, rom, hongroise, ruthénienne et croate – qui a célébré la Journée avec des tables rondes et des débats. Le 21 février, dans chaque école de Serbie, une leçon sera consacrée aux langues maternelles.

Liens Associés

Programme

 Site web sur l'alphabétisation

Retour en haut de la page