Faire progresser l’éducation secondaire des filles : les obstacles et les opportunités

©UNESCO/Forbes, Inez

Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, ouvrira le débat de haut niveau sur l’éducation secondaire des filles organisé par l’UNESCO et la Fédération internationale des femmes diplômées des universités le 28 février au Siège des Nations Unies, à New York.

La table ronde abordera le besoin urgent d’adopter une approche de l’éducation secondaire des filles fondée sur les droits de l’homme. Babatunde Osotimehin, Directeur exécutif du FNUAP, Abulkalam Abdul Momen, Ambassadeur du Bangladesh auprès des Nations Unies, Gill Greer, Directrice générale de la Fédération internationale pour le planning des naissances et Ya Marie Jah, étudiante et avocate du Sierra Leone, sont quelques-uns des participants.  

Aujourd’hui, dans le monde, environ 40 millions d’adolescentes ne sont pas scolarisées. Les mariages et les grossesses précoces obligent nombre d’entre elles à quitter le système éducatif. D’autres abandonnent l’école à cause de la piètre qualité de l’enseignement, qui manque souvent de pertinence. Pourtant, de nombreux éléments probants démontrent qu’il existe une corrélation entre l’éducation secondaire des filles et l’amélioration de la santé et d’autres résultats. Les Nations Unies ont créé une équipe spéciale chargée de s’occuper de cette population vulnérable et pourtant stratégique. Les participants au débat prévoient de s’interroger sur les mesures prises par cette équipe pour donner une seconde chance à l’éducation des adolescentes marginalisées.  

L’UNESCO participe à l’Équipe spéciale des Nations Unies pour les adolescentes afin de soutenir une réponse coordonnée des Nations Unies visant à s’assurer que les programmes de coopération avec les gouvernements et la société civile améliorent la sensibilisation à la situation des adolescentes marginalisées, et réclame des actions pratiques permettant de défendre leurs droits.

La Directrice générale de l’UNESCO signe une déclaration conjointe des Nations Unies pour promouvoir les droits des adolescentes marginalisées

La Directrice générale de l’UNESCO signe une déclaration conjointe des Nations Unies pour promouvoir les droits des adolescentes marginalisées

 

Retour en haut de la page