De la base aux campagnes mondiales : les ONG et l’Éducation pour tous

24.10.2012 21:45 Il y a : 1 yrs

« Nous ne rappelons jamais assez aux gouvernements qu'il convient de vous inviter à la table des discussions lorsque les politiques et les stratégies d’éducation sont élaborées. » Tel est le message qu’adresse Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, à la Sixième réunion de la Consultation collective des ONG sur l’EPT (CCONG/EPT), qui se tient à Paris du 24 au 26 octobre.

© UNESCO/Eduardo Barrios- Class-room of Santa Teresita primary school, pupils, children, writing

La première réunion de la Consultation au Siège de l’UNESCO rassemble plus de 150 représentants d’ONG nationales, régionales et mondiales ainsi que de réseaux de la société civile du monde entier. Des ONG nationales – telles que Nirantar qui œuvre à l’autonomisation des femmes grâce à l’éducation depuis 1993 – auront l’occasion de côtoyer des structures internationales – telles que le Conseil international d’éducation des adultes, un partenariat mondial réunissant des apprenants adultes, des formateurs adultes et leurs organisations. Qu’elles soient grandes ou petites, les ONG devraient exhorter les gouvernements, le secteur privé, l’UNESCO et les donateurs à éliminer les derniers obstacles à la réalisation des objectifs de l’EPT d’ici à 2015, et à définir la vision collective du programme de l’EPT pour la période postérieure à 2015.

L’UNESCO a renforcé la CCONG/EPT – un réseau créé pour l’alphabétisation en 1984 – afin de tenir compte de la recommandation du Cadre d’action de Dakar (2000) qui appelle à la participation de la société civile dans le développement de l’éducation. Cette structure permet aux ONG et à l’UNESCO d’engager un dialogue et une action commune afin de défendre le droit de chacun à l’éducation et de mettre en œuvre le programme de l’Organisation relatif à la coordination, aux activités de plaidoyer et aux partenariats de l’EPT. Par exemple, la Semaine mondiale d’action – qui est gérée par une ONG, la Campagne mondiale pour l’éducation (CME) – est une activité de plaidoyer connue, qui a lieu chaque année et à laquelle participent de très nombreuses ONG du monde entier.

Les ONG jouent un rôle fondamental en tant que défenseurs de l’éducation, prestataires de services de remplacement et porte-parole des groupes difficiles à atteindre. La société civile fait également office d’organisme de contrôle en favorisant la responsabilisation des pays, du niveau des collectivités au niveau central, ainsi qu’aux plans régional et international.

L’UNESCO encourage la société civile à s’organiser afin qu’elle devienne un partenaire important pour les gouvernements et la communauté internationale. De ce fait, des ONG participent aux débats sur l’EPT à tous les niveaux. Lors des réunions régionales de coordination de l’EPT qui se sont tenues à Johannesburg (Afrique du Sud) et à Charm el-Cheikh (Égypte) à la mi-octobre, les ONG se sont exprimées au nom des populations les plus marginalisées ou de groupes spécifiques tels que les jeunes, les filles ou les soldats démobilisés.

Les réseaux régionaux et les « coalitions » nationales en faveur de l’EPT permettent aux ONG de travailler ensemble pour l’EPT dans leurs pays respectifs. Le Réseau africain pour la campagne en faveur de l’Education pour tous (ANCEFA) dirige un mouvement social dont l’objectif est de réaliser les objectifs de l’EPT. Ses coalitions membres ont contribué à l’augmentation des budgets nationaux alloués à l’éducation dans 15 pays d’Afrique subsaharienne. Les campagnes de masse, les collectes de fonds et les activités de plaidoyer de l’ANCEFA ont une incidence sur les politiques. Ses 35 coalitions nationales mobilisent les syndicats, les journalistes et les activistes afin qu’ils exercent des pressions sur la communauté internationale pour qu’elle tienne ses engagements. Les recherches menées par l’ANCEFA ont débouché sur la publication de 12 rapports nationaux et d’un rapport régional consacré aux progrès réalisés en Afrique en matière d’EPT. Ses coalitions nationales ont engagé un dialogue politique avec les gouvernements de 21 pays africains et – aux niveaux régional et international – avec l’Union africaine, l’UNESCO, la Campagne mondiale pour l’éducation et d’autres organisations.

Les ONG devraient faire bénéficier la neuvième Réunion ministérielle des pays de l'E-9 – qui se tiendra à New Delhi les 9 et 10 novembre – de leur expertise spécifique en matière de programmes d’alphabétisation. De même, la Réunion mondiale sur l’EPT – qui se tiendra à l’UNESCO du 21 au 23 novembre – bénéficiera de la forte présence de la société civile et continuera à y jouer un rôle précieux en tant que défenseur du droit de chacun à l’éducation.


Actualités sur le même thême :
Retour en haut de la page