Alphabétiser la police afghane

03.09.2012 10:11 Il y a : 2 yrs

En Afghanistan, la responsabilité de la sécurité sera entièrement transférée aux forces de sécurité nationale dès 2014. C’est donc un problème préoccupant pour le peuple afghan. Afin d’alphabétiser la police afghane, l’UNESCO a lancé en 2011 le Projet « L’alphabétisation pour autonomiser la police afghane » (LEAP) avec le soutien du gouvernement japonais.

@UNESCO Kabul Office - Two Afghan Police read the LEAP newspaper in Kabul

À ce jour, les 298 animateurs formés dans le cadre de l’initiative alphabétisent près de 6 000 officiers de police afghans.

Pour aider les officiers de police récemment alphabétisés à tester leur aptitude à la lecture avec du matériel informatif et pertinent, l’UNESCO publie un journal mensuel, Khedmat (ce qui signifie « service » en pachto et en dari).

Le mensuel fait partie du programme LEAP et explore des sujets intéressant la police en dari et en pachto, qui sont les langues nationales. Spécifiquement centré sur la police, le contenu du journal est produit en étroite collaboration avec le ministère de l’Intérieur et les agences de presse locales qui veillent à la qualité de la langue et à l’exactitude des données.

« Je suis heureux de lire le bulletin Khedmat chaque mois, » déclare l’officier de police Akarm Khan. « Les articles sont très intéressants et complètent les sujets que nous abordons pendant les cours d’alphabétisation. » À ce jour, six numéros ont été publiés à 35 000 exemplaires et diffusés dans 34 provinces afghanes.

Un atelier de neuf jours consacré à l’alphabétisation des adultes a été organisé du 26 mai au 5 juin afin de renforcer la prestation d’alphabétisation dispensée par les maîtres formateurs, en mettant l’accent sur les méthodes pédagogiques et les meilleures pratiques. L’atelier a permis aux formateurs et aux stagiaires d’échanger leurs points de vue et de réfléchir à des sujets pertinents. Une formatrice, Mme Sayeda, a profité de cette occasion pour acquérir les compétences dont elle avait besoin pour devenir maître formateur. «  Je suis vraiment heureuse de pouvoir servir la police afghane en donnant des cours d’alphabétisation, » dit-elle. « Il ne fait aucun doute qu’une fois alphabétisés, ces policiers pourront faire bien plus pour leur pays. »

 


Actualités sur le même thême :

Actualités

Retour en haut de la page