L’UNESCO rapproche les enfants français et haïtiens via des livres

06.07.2010 14:16 Il y a : 4 yrs

Le 12 janvier 2010, le tremblement de terre qui a frappé Haïti a coûté la vie à 300 000 personnes et a détruit la plus grande partie des infrastructures administratives et éducatives du pays. Les enfants ont perdu leur maison, leur école et leur système éducatif, compromettant ainsi sérieusement leur avenir.

©UNESCO Haiti

Dans le cadre des vastes efforts déployés pour reconstruire le pays, l’UNESCO a récemment lancé une initiative intitulée “Un livre pour un enfant d’Haïti”. L’Organisation a collecté des livres en français auprès de membres du personnel, d’amis et d’élèves des Ecoles associées de l’UNESCO afin qu’ils soient distribués aux enfants d’Haïti, dans les camps de déplacés. Les éditions françaises Michel Lafon et Bérénice ont également contribué à la collecte.

Le premier envoi de 800 livres est arrivé à Port-au-Prince en juin. Ces romans, contes de fées et bandes dessinées permettent aux enfants haïtiens de 3 à 17 ans de s’abstraire un peu de la dure réalité qui les entoure et leur donnent l’occasion de lire en dépit de la destruction de nombreuses bibliothèques. L’UNESCO a demandé aux parents et aux organisations locales d’encourager les enfants à lire et à écrire de façon à ce qu’ils ne perdent pas les connaissances déjà acquises. S’ils ne pratiquent pas la lecture et l’écriture, les enfants – notamment les plus jeunes – ont tendance à oublier une grande partie de ce qu’ils ont appris et rencontrent des difficultés pour rattraper le temps perdu. 

Les prochains envois comprendront des contributions apportées par un plus grand nombre de donateurs, notamment d’autres maisons d’édition françaises. L’opération se poursuivra ensuite par la fourniture de contenus éducatifs dans des espaces accueillants pour les enfants, dans les camps de déplacés et dans les bibliothèques scolaires. 

Grâce à cette initiative, l’UNESCO espère stimuler l’apprentissage non formel dans les camps de déplacés et ajouter une touche plus personnelle aux échanges entre enfants haïtiens et français. Les jeunes Français sont en effet invités à écrire un message de solidarité sur la page de titre des livres adressé aux enfants haïtiens qui vont les lire – message qui ira loin compte tenu du système de prêt inter- bibliothèques mis en place par les bénévoles qui circulent entre les camps. À plus long terme, l’initiative “Un livre pour un enfant d’Haïti” devrait faciliter la création d’autres échanges entre les écoles haïtiennes et françaises.

Liens associés

Education post-conflits et post-catastrophes

 


Retour en haut de la page