Le rapport de l’UNESCO fait état de sérieux problèmes psychosociaux dans les écoles de Gaza

18.04.2011 16:24 Il y a : 3 yrs

Nervosité, tristesse, peur des attaques, problèmes de concentration et mauvais résultats scolaires sont quelques-unes des difficultés auxquelles sont confrontés les apprenants et les enseignants de la bande de Gaza (Territoire palestinien occupé). Une évaluation récemment réalisée par l’UNESCO démontre que le système éducatif souffre des récentes opérations militaires et du blocus israélien.

©UNESCO/Eman Mohammed

Près de 83 % des apprenants ont indiqué être nerveux, 57 % d’entre eux ont dit ne pas se sentir en sécurité à l’école, 67 % ont déclaré avoir des appréhensions pendant leur trajet pour se rendre à l’école ou en revenir et plus de 70 % font des cauchemars et ont peur d’une autre guerre. Les résultats d’apprentissage ont également été touchés : près de 77 % des enseignants aux niveaux primaire, préparatoire et secondaire ont déclaré que les résultats de leurs élèves sont « le plus souvent » ou « toujours » plus faibles qu’auparavant. Un quart des étudiants inscrits à l’université ont révélé placer peu d’espoir dans l’avenir. « Avant la guerre, sur cent de mes étudiants, seulement un ou deux échouaient, » a dit un professeur d’université. « Depuis la guerre, il sont aujourd’hui plus de 12 pour cent à échouer.»

Deux tiers des enseignants interrogés ont indiqué être plus stressés et rencontrer des difficultés pour faire respecter la discipline. Bien que certains programmes de soutien psychologique aient été mis en place, la grande majorité des enseignants n’ont pas été soutenus. « Si vous ne vous sentez pas en sécurité, comme voulez-vous aider les apprenants à se sentir en sécurité ? » a fait remarquer un enseignant.

L’évaluation révèle que les bombardements de la bande de Gaza par l’armée israélienne entre décembre 2008 et janvier 2009 ont causé la mort de 250 apprenants et de 15 enseignants, et que certains d’entre eux ont péri alors même qu’ils se réfugiaient dans des écoles de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA). Globalement, dix-huit écoles ont été détruites et 262 ont été endommagées. Par ailleurs, un an après les attaques, les écoles endommagées n’avaient pas été réparées, le blocus israélien entravant les efforts de reconstruction.

Alors que les impacts physiques des bombardements ont été documentés, il n’existait jusqu’à présent pratiquement aucunes données sur leurs effets psychologiques et sociaux. C’est la raison pour laquelle l’UNESCO a conduit à Gaza une évaluation ambitieuse de décembre 2009 à mars 2010, couvrant 90 écoles, quatre universités et plus de 6 000 apprenants et enseignants à tous les niveaux d’enseignement.

Le rapport recommande notamment qu’un soutien psychologique holistique soit intégré dans le système éducatif et qu’il s’inspire de lignes directrices consensuelles et inter-agences, telles que les Directives de l’IASC sur la santé mentale et le soutien psychologique dans les situations d’urgence et les Normes minimales de l’INEE.

Réalisée en temps opportun, cette étude coïncide avec la publication du Rapport mondial de suivi (GMR) sur l’Éducation pour tous 2011dont le thème est l’éducation et les conflits armés. Lancé le 1er mars 2011, le GMR examine les effets dévastateurs des conflits sur les objectifs de l’Éducation pour tous et souligne l’importance d’un ordre du jour de la protection du droit à l’éducation. Le GMR recommande vivement le soutien psychologique des personnes vulnérables et affectés par un conflit.

Kathleen Kostelny, docteur, et Michael Wessells, docteur du Columbia Group for Children in Adversity ont conduit l’évaluation de l’impact psychosocial dans le cadre du projet Emergency Support to the Education System in Gaza [Soutien d’urgence au système éducatif de Gaza]. Elle a été financée par le bureau de Son Altesse Cheikha Mozah Bint Nasser Al Misned et mise en œuvre par le Bureau de l’UNESCO à Ramallah.

Lire le rapport : “Psychosocial Assessment of Education in Gaza and Recommendations for Response” [Évaluation de l’impact pyschosocial sur l’éducation à Gaza et recommandations]

Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous 2011 : Les conflits armés et l’éducation

Interview de Caroline Pontefract, Directrice de l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient)

Education post-conflits et post-catastrophes

L’éducation prise pour cible

Lignes directrices de l’IASC

Normes minimales de l’INEE


Actualités sur le même thême :

Sites

Retour en haut de la page