Deeyah Khan

Crédit photo : Geir Dokken

La réalisatrice norvégienne Deeyah Khan, née de parents d’origine pachtoune (afghane) et pakistanaise, a été nommée Ambassadrice de bonne volonté de l'UNESCO pour la liberté artistique et la créativité en novembre 2016. Ce titre lui a été décerné en reconnaissance de son engagement à promouvoir l'art comme langue universelle et force pour le développement, le dialogue, la cohésion sociale et sa contribution à la construction de sociétés plus justes et libres à travers ses activités de cinéaste.

En 2010, Deeyah Khan a fondé 'Fuuse', une société indépendante de production artistique et médiatique qui raconte des histoires et donne la voix à des femmes, des personnes issues de minorités et des immigrants pour célébrer la diversité.

Elle a également créé Sister-hood, un magazine en ligne primé qui donne une plate-forme pour les femmes d'origine musulmane et leur permet d’exprimer leur opinion. Elle travaille en étroite collaboration avec des organisations internationales de la société civile, comme Freemuse, attachée à défendre la liberté d'expression artistique dans le monde entier.

En sa qualité qu'Ambassadrice de bonne volonté de l'UNESCO, Deeyah Khan soutient les activités de l'UNESCO visant à promouvoir la liberté de création pour les artistes et les industries créatives dans les pays en développement conformément à la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

En mars 2017, Deeyah Khan a participé à une table ronde intitulée «Le courage de créer: l'égalité des genres et les arts» dans le cadre de la Journée internationale de la femme qui s'est tenue au Siège de l'UNESCO.

Retour en haut de la page