Esther Coopersmith

© UNESCO/Michel Ravassard

Esther Coopersmith a été nommée Ambassadrice de bonne volonté de l'UNESCO en septembre 2009, en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle au renforcement de la compréhension mutuelle entre les peuples et de son engagement indéfectible à promouvoir le dialogue interculturel.

Très dévouée aux valeurs des Nations Unies, Esther Coopersmith fut représentante des États-Unis auprès des Nations Unies (1979 - 1980), Déléguée des Etats-Unis pour la Conférence mondiale de la décennie des Nations Unies pour la femme de Nairobi (Kenya) en 1985, conseillère auprès du département d'État de la Commission des Nations Unies sur la condition féminine de 1999 à 2000, Mme Coopersmith, observatrice des États-Unis auprès de l'UNESCO.

En 1984, elle est devenue la deuxième femme récipiendaire du prix de la paix des Nations Unies, en récompense de ses efforts inlassables pour favoriser le dialogue et la compréhension entre différentes cultures et religions, en particulier au Moyen-Orient.

En sa qualité d'Ambassadrice de bonne volonté de l'UNESCO, elle a participé à la première réunion du Groupe de haut niveau sur la paix et le dialogue entre les cultures au Siège de l'UNESCO en 2010.

En outre, elle a assisté au lancement international du Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous 2011  «La crise cachée : les conflits armés et l'éducation», qui s'est tenu à l'Université Columbia, à New York.

Retour en haut de la page