Relja Bašić (1930-2017)

Relja Bašić, Artiste de l'UNESCO pour la paix

Relja Bašić, né en 1930, a reçu son diplôme de l’Académie d’Arts Dramatiques de Zagreb, sa ville natale.

Au cours de sa carrière d’acteur, Relja Bašić a interprété des rôles principaux dans près de 3 000 pièces de théâtre et plus de 120 films et séries télévisées locaux et étrangers. Il a également été metteur en scène pour diverses pièces de théâtre.

Afin d’avoir plus de liberté dans le choix de ses rôles, Relja Bašić a travaillé pendant plusieurs années comme acteur et metteur en scène indépendant pour le théâtre, le cinéma et la télévision, devenant ainsi l’un des acteurs les plus populaires de l’ancienne Yougoslavie. Il a créé en 1974, avec un groupe d’acteurs, le premier théâtre ambulant croate « Teatar u gostima » (le Théâtre en Visite), qu’il a dirigé jusqu’en 2005.

Relja Bašić et a joué dans 127 films. Il est surtout connu pour son rôle de Monsieur Fulir, figure emblématique du folklore urbain moderne, dans le grand succès du box-office croate « Qui chante ne pense pas à mal ».

Relja Bašić a longtemps été le représentant de la Société des Acteurs Croates auprès de la Fédération Internationale des Acteurs. Depuis les années 90, il a également pris part à de nombreuses campagnes humanitaires initiées par des organisations non-gouvernementales croates.

Après cinquante années d’une remarquable carrière en tant qu’acteur, metteur en scène et directeur artistique, Relja Bašić apparait comme une personnalité complète et hors du commun, dont les réussites furent d’une importance indéniable pour la culture croate. Il ne pensait pas que le « théâtre puisse changer le monde », mais bien que son rôle était « de rapprocher les gens » et considérait que le théâtre est « à l’image d’un temple, au sein duquel nous sommes tous égaux ».

En devenant Artiste de l’UNESCO pour la paix, Relja Bašić s’est engagé à promouvoir la diversité culturelle, le dialogue interculturel, l’art et la création comme objectifs prioritaires internationaux, et notamment auprès des pays post-transitionnels de l’Europe du Sud-Est (S.E.E.).

Retour en haut de la page