S.A.R. la Grande-Duchesse Maria Teresa de Luxembourg

© Cour grand-ducale / Sylvie Lancrenon / tous droits réservés

Son Altesse Royale la Grande-Duchesse Maria Teresa de Luxembourg a été nommée Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO en juin 1997, en reconnaissance de ses efforts à promouvoir l’éducation, les droits des femmes et la microfinance.

En sa qualité d’Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO, S.A.R. la Grande-Duchesse Maria Teresa a visité de nombreux projets de l’UNESCO au Népal, au Bangladesh, en Bosnie, au Burundi et au Kenya.

En novembre 2004, son Altesse Royale la Grande-Duchesse a participé, en qualité de Présidente d’honneur de l’événement « Africain(e)s d’ici et là-bas et le SIDA », organisé au Siège de l’UNESCO à l’occasion de la Journée mondiale du SIDA et dans le cadre de la campagne mondiale d’ONUSIDA 2004 « Femmes, filles, HIV et SIDA ».

En janvier 2016, S.A.R. la Grande-Duchesse Maria Teresa de Luxembourg a organisé, par le biais de sa Fondation, le Forum international sur les troubles d’apprentissage au Luxembourg.

Le 8 mars 2016, la Grande-Duchesse a participé à une conférence qui s’est tenue au Siège de l’UNESCO où elle a rencontré Assiatou, une jeune femme nigériane enlevée par Boko Haram et ayant réussi à s’échapper. Depuis, la Grande-Duchesse s’intéresse de près à la question de la violence sexuelle faite aux femmes dans les zones sensibles. En octobre 2018 elle a effectué un voyage à vocation humanitaire au Liban pour y rencontrer des survivantes de violences sexuelles (réfugiées et migrantes), recueillir leurs témoignages et les soutenir dans leur quête de justice et de réparation. Sur place, Son Altesse Royale a également visité un projet de microfinance destiné à améliorer la condition des femmes, notamment des réfugiées.

En 2019, la Grande-Duchesse a été à l’initiative du forum international « Stand, Speak, Rise Up ! », qui s’est déroulé les 26 et 27 mars au Luxembourg.  Réunissant des survivantes, des leaders mondiaux des secteurs public, privé et du monde juridique et académique ainsi que des hauts représentants d’organisations nationales et internationales, ce forum a pour but de lutter contre les violences sexuelles en zones sensibles.

 

Retour en haut de la page