Symposium de l'ETII sur les enseignants et le VIH et SIDA

© Photoshare/S. Hawkey

La 15ème réunion annuelle de l’Equipe de travail inter-institutions (ETII) de l’ONUSIDA sur l’éducation s’est tenue à Limerick, Irlande, du 15 au 17 juin 2009.

Pour accéder plus d'informations sur les enseignants et le VIH et SIDA et le rapport du forum en ligne cliquer ici.

Le symposium avait pour thème « Les enseignants et le VIH et SIDA : analyse des résultats obtenus, identification des défis ». Plus de 60 participants représentant les organisations bilatérales, multilatérales et les organisations de la société civile, ainsi que 20 agences membres de l’ETII, ont assisté à ce symposium.

Le Docteur Peadar Cremin, Président du Mary Immaculate College, à Limerick, et Mr Peter Power T.D, Ministre de l’Etat pour le Développement à l’Etranger, du département des Affaires Etrangères en Irlande, ont officiellement ouvert le Symposium. Le Ministre a souligné l’importance du rôle de l’ETII et celui du développement irlandais à l’étranger pour la réponse à l’épidémie du SIDA, et il a inauguré la publication de l’ETII « Une approche stratégique : le VIH et SIDA et l’éducation ». L’inauguration est présentée sur le site web de l’ONUSIDA.

Les éléments du programme du Symposium ont consisté, d’une part, en une présentation dynamique et attractive effectuée par David Clarke s’appuyant sur la publication récente de l’Institut International de Planification de l’Education/UNESCO Héros et scélérats : Les enseignants face à la réponse de l’éducation au VIH. La présentation a mis en exergue les principales réalisations et défis rencontrés pour impliquer les enseignants dans la réponse au VIH et les moyens qui permettraient de maximiser l’efficacité des enseignants dans la réponse au VIH dans le secteur de l’éducation.

D’autre part, l’intervention d’Helena Awurusa, de l’Association Nationale des Enseignants du Ghana, a permis de montrer les défis auxquels étaient confrontés les enseignants dans la mise en œuvre d’un programme VIH dans le secteur de l’éducation et du rôle des syndicats pour motiver et encourager les enseignants.

Une discussion interactive sur des questions clés portant sur l’engagement des enseignants dans la réponse au VIH a eu lieu grâce à l’intervention de Ms Amicoleh Mbaye du Ministère de l’éducation de base et secondaire de la Gambie, du Docteur Tania Vergani de l’Université du Western Cape en Afrique du Sud et du Docteur Aidan Mulkeen de la Banque Mondiale. Les intervenants ont invité les participants à réfléchir à la notion « que voulons-nous que nos apprenants deviennent ?» et aussi à l’idée de créer « un espace sécurisant pour que les étudiants commencent à parler de leurs problèmes ». Ils ont fait remarquer que « de nombreux programmes conduisent les enseignants à l’échec » et ont, par conséquent, incité les partenaires du développement à aider les pays afin de mieux préparer les enseignants à aborder le VIH dans les classes.

Un extrait du film de la Banque Mondiale intitulé «Courage et Espoir : enseignants africains vivant positivement avec le VIH» a été présenté. Le film comprend des témoignages de quatre enseignants qui parlent explicitement des défis auxquels ils sont confrontés dès que leur séropositivité est exposée à savoir la stigmatisation, le déni et la discrimination dont même leurs familles sont victimes. Malgré les obstacles auxquels les enseignants doivent faire face, ils sont persuadés qu’avec un accès à des soins efficaces, un soutien et une thérapie antirétrovirale, ils peuvent vivre et profiter pleinement de la vie.

L’après-midi, les participants se sont divisés en trois sessions parallèles pour aborder :

1. l’engagement des enseignants : implications de politique et de gestion,
2. la couverture et le contenu de la formation initiale et continue des enseignants,
3. un environnement positif et adéquat pour les enseignants affectés par le VIH et SIDA

Des questions sur le genre et les contextes liés à l’épidémie ont également été soulevées dans les trois sessions. Les sessions parallèles ont permis aux participants de débattre sur les programmes efficaces, les leçons tirées et les défis à relever pour intensifier les interventions.

Le symposium s’est terminé par une discussion sur les enseignants et le VIH dans le contexte de l’Education pour Tous (EPT) et sur la manière d’aborder au mieux les questions relatives à ce sujet notamment grâce à l’équipe spéciale internationale sur les Enseignants pour l’EPT et grâce aussi au Rapport Mondial de suivi sur l’EPT. En conclusion, la discussion plénière a abordé les recommandations clés sur la politique et la recherche afin d’orienter les décideurs dans leur cheminement.

Au terme du Symposium il s’est avéré qu’une approche globale, systémique et basée sur des données factuelles était nécessaire afin de satisfaire les droits et les besoins aussi multiples que différents des enseignants en tant qu’êtres humains.

 

Retour en haut de la page