28.08.2009 -

De nouvelles lignes directrices internationales établissent ce que l’éducation sexuelle devrait enseigner

Réduire la contamination par le VIH chez les jeunes et améliorer leur santé sexuelle et reproductive demande que soient mis en place des programmes éducatifs concrets. De tels programmes ne sont toujours pas disponibles dans de nombreuses parties du monde. L'UNESCO et ses partenaires ont développé de nouvelles directives afin de résoudre ce problème.

Les « International Guidelines on Sexuality Education » (Lignes directrices internationales sur l’éducation à la sexualité), basées sur le volontariat et non-contraignantes, fournissent aux éducateurs des conseils pour aider au mieux enfants et jeunes à acquérir les connaissances dont ils ont besoin pour se protéger des violences, abus et exploitations, ainsi que des grossesses non-désirées et des infections sexuellement transmissibles, en particulier du VIH.

Selon UNAIDS et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), plus de cinq millions de jeunes vivent avec le VIH dans le monde et 45 pour cent des nouvelles infections concernent des jeunes âgés de 15 à 24 ans. Des données de la International Planned Parenthood Federation (Fédération internationale pour le planning des naissances) montrent qu’au moins 111 millions de nouveaux cas d'infections sexuellement transmissibles curables sont diagnostiqués chaque année chez les jeunes entre 10 et 24 ans ; et que près de 4,4 millions de jeunes filles de 15 à 19 ans, ont recours à l’avortement, ce qui met en danger leur santé dans la majorité des cas. Les mères adolescentes totalisent dix pour cent des naissances mondiales et elles sont victimes d’un taux de mortalité maternelle supérieur à celui des femmes plus âgées.

« À l'heure actuelle, l'éducation est la meilleure arme que nous ayons pour gérer ces problèmes », a déclaré Mark Richmond, de l’UNESCO, Directeur de la Division de la coordination des priorités des Nations Unies en matière d’éducation (ED/UNP) et Coordonnateur mondial de l'UNESCO pour le VIH et le Sida. « Cependant, nous constatons que la grande majorité des jeunes n’ont pas accès aux connaissances qui pourraient les aider à prendre des décisions informées et éviter ainsi des conséquences tragiques. Les nouvelles lignes directrices contribuent à combler ces lacunes ».

« Le document n'est pas un programme d’études » a ajouté Mark Richmond. « Il se concentre plutôt sur le pourquoi et le quoi, des questions qui méritent d’être posées lors de la mise en place de plans pour établir ou améliorer l’éducation à la sexualité. »

Les Lignes directrices internationales ont été co-écrites par Douglas Kirby, éminent chercheur à l’Education, Training and Research Associates (ETR), et Nanette Ecker, ancienne directrice de l'International Education and Training at the Sexuality Information and Education Council of the United States (SIECUS).

Cette publication se base sur des données bien établies et est fondée sur les droits. Elle s’appuie sur 87 études venues du monde entier et sur un examen des programmes de 12 pays, ainsi que sur les Guidelines for Comprehensive Sexuality Education développée par le SIECUS. Elle est conçue pour assister les autorités compétentes en matière d’éducation, de santé ou autres, impliquées dans le développement et la mise en place dans les écoles de programmes et de matériels d’éducation sexuelle.

Les Lignes directrices internationales reviennent sur ce qu’est l’éducation à la sexualité et pourquoi elle est si importante. Elles sont organisées autour de six concepts clés –Relations humaines, Valeurs, Conduite et compétences, Culture, société et droit ; Développement humain ; Comportement sexuel ; et Santé sexuelle et reproductive - et 23 sujets connexes, dont chacun est lié à des objectifs d'apprentissage pour les quatre groupes d’âge distincts : 5-8 ans, 9 -12 ans, 12-15 ans et 15-18 ans et plus.

« Si l'objectif est de réduire les comportements sexuels à risque, alors les programmes doivent être ciblés et inclure des recommandations concrètes », a déclaré le co-auteur Douglas Kirby. « Les présentes lignes directrices comprennent 32 recommandations, dont 13 visant spécifiquement à modifier les comportements. Une approche ciblée doit être fondée sur les compétences de chacun, être interactive et inclure des jeux de rôle, sur la façon d'éviter les rapports sexuels non désirés ou l'utilisation de préservatifs par exemple ».

« Les mathématiques ou les sciences sont considérées comme étant des savoirs fondamentaux pour le bien être des jeunes, » a ajouté le co-auteur Nanette Ecker. « Une solide éducation à la sexualité devrait être également valorisée. »

Les « International Guidelines on Sexuality Education », dont une version spéciale conférence sera présentée à la International Sex and Relationships Education Conference au Royaume-Uni du 7 au 9 Septembre 2009, seront officiellement lancées au siège des Nations Unies à New York à la fin octobre.




<- retour vers VIH et SIDA
Retour en haut de la page