27.04.2011 -

L’éducation sexuelle à l’école : l’UNESCO publie de nouvelles données sur le coût et l’efficience des programmes d’éducation sexuelle

©UNESCO/Kenyan Centre for the Study of Adolescence- Students working with the Kenya government officials to adapt curriculum to the Kenyan context.

Les résultats d’une étude menée dans six pays sur le coût et l’efficience des programmes d’éducation sexuelle à l’école ont été publiés par l’UNESCO à New York le 27 avril 2011 lors de la réunion de l’Équipe de travail inter-institutions de l’ONUSIDA (ETII) sur l’éducation.

Première en son genre, cette étude importante s’intéresse à un ensemble de programmes mis en œuvre dans des pays à revenu faible, intermédiaire et élevé, notamment l’Estonie, l’Inde, l’Indonésie, le Kenya, les Pays-Bas et le Nigeria. Bien que la conception et la portée de ces programmes varient considérablement, il est évident que les programmes obligatoires et intégrés sont plus efficients, de même que ceux qui sont adaptés à partir de modèles existants. Le coût par apprenant suivant les cours dans le cadre de programmes augmentés et bien établis varie entre 6,90 dollars US au Nigeria et 32,80 dollars US aux Pays-Bas. Les programmes pilotes de moindre envergure mis en œuvre au Kenya et en Indonésie se traduisent par des coûts nettement plus élevés.  

 

L’étude souligne le bon rapport coût-efficacité et les économies qui pourraient être réalisées dans un contexte comparable à celui de l’Estonie, où un programme d’éducation sexuelle national a été mis en œuvre parallèlement à des services de santé sexuelle et reproductive accueillants pour les jeunes. Selon certaines estimations, entre 2001 et 2009, 13 490 problèmes de santé ont été empêchés, notamment 1 970 infections par le VIH qui auraient entraîné une dépense de 67 825 dollars US tout au long de la vie de chaque patient.

« Nous disposons désormais de données et d’analyses qui nous permettrons de réunir des arguments solides et mieux documentés en faveur de l’investissement dans les programmes d’éducation sexuelle à l’école, notamment dans les pays les plus affectés par l’épidémie et considérés comme prioritaires dans la nouvelle Stratégie de l’ONUSIDA pour la période 2011-2015. Cette étude historique donne un fondement économique à notre conviction selon laquelle l’éducation sexuelle doit être dans les années à venir la plate-forme essentielle de la prévention contre le VIH auprès des enfants et des jeunes, » a déclaré Mark Richmond, Coordinateur mondial de l’UNESCO pour le VIH et le SIDA.  

Le rapport sera publié dans son intégralité à la fin du mois de mai 2011.  Un résumé analytique du rapport sera mis à disposition avant cette date.

Pour en savoir plus, veuillez contacter : aids(at)unesco.org




<- retour vers VIH et SIDA
Retour en haut de la page