L’UNESCO est engagée dans une réforme historique

Dès son élection au poste de Directrice générale, en 2009, Irina Bokova a engagé l’UNESCO dans la voie de la réforme. Sa vision : améliorer la pertinence et la visibilité de l’Organisation. Elle a ainsi décidé d’appliquer les recommandations émises par une évaluation externe indépendante (EEI) afin d’établir une véritable réforme de fond.  

Cinq axes majeurs sont à retenir:

  • Recentrer l'action de l'UNESCO:
    Focaliser davantage ses efforts pour relever les défis conformément à son mandat.
  • Rapprocher l'UNESCO des réalités du terrain:
    L'Organisation doit disposer d'un effectif plus mobile et décentralisé, capable d'évoluer avec souplesse entre le terrain et le Siège.
  • Renforcer la participation au système des Nations-Unies:
    Intensifier son engagement avec les Nations-Unies.
  • Élaborer une stratégie de partenariat:
    Développer une stratégie globale de partenariat qui soit ouverte vers la société civile, les communautés d’experts et le secteur privé.
  • Renforcer la gouvernance:
    Clarifier la répartition des compétences entre les trois organes de l'UNESCO (Conseil d'administration, Secrétariat et Conférence générale).

La volonté d’ancrer plus efficacement l’UNESCO dans le monde actuel, de renforcer sa pertinence au sein du système des Nations Unies et d’augmenter l’impact de l’aide au développement qu’elle délivre est la force motrice de ce processus de changement.

Lorsque les États-Unis ont mis un terme à leur contribution, à la suite du vote des Etats membres en faveur de l’admission de la Palestine, l’UNESCO a perdu 160 millions de dollars, soit plus de 22 % de son budget.  La période a été difficile. Les coupes budgétaires auraient pu retarder la réforme. Mais en réalité, elles ont marché de pair avec la réforme.

L’UNESCO a recentré son action, tant au Siège que dans les bureaux Hors-Siège. Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, lui a confié le leadership de nouvelles initiatives dans les domaines éducatif et scientifique. Enfin, le Conseil exécutif a récemment proposé de reconduire Irina Bokova dans ses fonctions de Directrice générale. La réforme fait à présent partie intégrante de la culture institutionnelle de l’UNESCO.