25.11.2013 - UNESCOPRESS

Des découvertes archéologiques au Népal confirment des dates plus anciennes pour la vie de Bouddha

© Ira Block/National Geographic -
Archaeologists Robin Coningham (left) and Kosh Prasad Acharya direct excavations within the Maya Devi Temple, uncovering a series of ancient temples contemporary with the Buddha

Des archéologues travaillant au Népal, sur le lieu de naissance de Bouddha, ont découvert les vestiges d’une structure remontant au sixième siècle avant Jésus-Christ. Il s’agit du premier élément archéologique permettant de relier la vie de Bouddha, et donc les débuts du bouddhisme, à un siècle précis.

Des fouilles dans le Jardin sacré de Lumbini, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO considéré depuis longtemps comme le lieu de naissance de Bouddha, ont mis au jour les vestiges d’une structure en bois inconnue jusque là. Elle se situe sous une série de temples en briques. Bâtie sur le même modèle que les temples, la structure en bois dispose d’un espace ouvert au centre, ce qui la relie aux récits concernant la naissance du Bouddha.

« On sait très peu de choses sur la vie de Bouddha, mis à part quelques textes-sources et la tradition orale », a déclaré l’archéologue Robin Coningham, de l’Université Durham (Royaume-Uni), qui co-dirige les recherches. Certains chercheurs soutenaient que le Bouddha était né au troisième siècle avant J-C. « Nous nous sommes dit : pourquoi ne pas revenir à l’archéologie pour essayer de répondre à quelques questions à propos de sa naissance. Aujourd’hui, pour la première fois, nous avons à Lumbini une séquence archéologique qui montre qu’un édifice se trouvait déjà là au sixième siècle», a ajouté Robin Coningham.

Selon la tradition bouddhiste, la reine Maya Devi, mère du Bouddha, lui a donné le jour, en tenant une branche d’arbre, dans le jardin de Lumbini, à mi-chemin entre le royaume de son mari et celui de ses parents. Pour Coningham et ses collègues, l’espace au centre du temple en bois plus ancien correspondrait à l’emplacement d’un arbre. Les temples en briques, érigés par la suite au-dessus du temple en bois, étaient également bâtis autour d’un espace central non couvert.

© Ira Block/National Geographic -
Pilgrims meditate at the wall below the nativity scene within the Maya Devi Temple at Lumbini, Nepal.

Pour déterminer l’âge du temple en bois, et celui d’une structure en briques - jusque là inconnue - qui se trouvait juste au-dessus, des fragments de charbon de bois et des grains de sable ont été soumis à des tests combinant carbone 14 et techniques de luminescence stimulée optiquement. Les recherches géo-archéologiques ont confirmé la présence d’anciennes racines d’arbre dans l’espace central du temple.

Selon l’équipe internationale, dirigée par Robin Coningham et Kosh Prasad Acharya, un des meilleurs archéologues népalais, la découverte permettra de mieux comprendre les  premiers développements du bouddhisme et l’importance spirituelle de Lumbini. Les résultats, dûment vérifiés par des pairs, seront publiés dans le numéro de décembre de la revue internationale Antiquity.

Ces recherches archéologiques ont été financées par le gouvernement du Japon en partenariat avec le gouvernement du Népal, dans le cadre d’un projet de l’UNESCO visant à renforcer la protection et la gestion de Lumbini. Les recherches bénéficiaient aussi du soutien des universités Durham et Stirling (Royaume-Uni), ainsi que de celui du National Geographic Society’s Global Exploration Fund. Pour l’article d’Antiquity, les co-auteurs K.M. Strickland, C.E. Davis, M.J. Manuel, I.A. Simpson, K. Gilliland, J. Tremblay, T.C. Kinnaird et D.C.W. Sanderson se sont joints à Coningham et Acharya.

« L’UNESCO est très fière d’être associée à cette importante découverte concernant l’un des endroits les plus sacrés d’une des plus anciennes religions du monde », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. Elle a souligné le besoin « de davantage de recherche archéologique, d’une meilleure préservation et d’un renforcement de la gestion du site de Lumbini ».

© Narendra Shrestha
Prince Siddhartha, the Lord Buddha, was born in 623 B.C. in the Sacred Garden of Lumbini.

« Ces découvertes sont très importantes pour une meilleure compréhension du lieu de naissance de Bouddha », a déclaré Ram Kumar Shrestha, ministre népalais de la Culture, du Tourisme et de l’Aviation civile. « Le gouvernement népalais n’épargnera aucun effort pour préserver ce site fondamental ».

Lumbini est un des sites clés associés à la vie de Bouddha. Les autres sont : Both Gaya, où il a atteint l’illumination ; Sarnath, lieu de sa première prédication ; Kusinagara, lieu de son décès à 80 ans. Bouddha aurait recommandé à tous les bouddhistes de visiter Lumbini. L’endroit était encore populaire au milieu du premier millénaire après J.C. et des pèlerins chinois ont rapporté y avoir vu un monastère autour d’un arbre.

Le temple de Lumbini est toujours un lieu de culte en activité. Les archéologues y travaillent parmi les moines, les religieuses et les pèlerins.

Dans Antiquity, les auteurs affirment : « La séquence (de vestiges archéologiques) de Lumbini offre un microcosme du développement du bouddhisme, d’un culte localisé à une religion mondiale ».

Oublié et recouvert par la jungle népalaise pendant la période médiévale, Lumbini a été redécouvert en 1896 et identifié comme le lieu de naissance de Bouddha grâce à un pilier de pierre datant du troisième siècle a        vant J.C. Ce pilier porte une inscription faisant état d’une visite de l’empereur Asoka sur le site de la naissance, Lumbini.

Malgré la redécouverte des endroits clés du bouddhisme, leurs niveaux les plus anciens sont enfouis en profondeur ou ont été détruits lors des constructions postérieures, ce qui les rendait jusqu’à présent inaccessibles à la recherche archéologique.

Plus d’un demi-milliard de personnes sont bouddhistes. En 2020, on attend quelque 20 millions de pèlerins bouddhistes en Asie du sud. Plusieurs centaines de milliers font le pèlerinage de Lumbini chaque année.



Retour en haut de la page