30.04.2014

Journée internationale du jazz : il y a de la place pour tous !

© Keith Tsuji/Getty Images pour le Thelonious Monk Institute of Jazz - Roy Hargrove et Esperanza Spalding sur scène lors de la Journée internationale du jazz 2014 le 30 avril 2014 à Osaka (Japon)

De l’Uruguay à l’île de Tonga, de l’Afghanistan au Zimbabwe, la troisième Journée internationale du jazz a été célébrée le 30 avril dans plus de 190 pays, avec plus d’une centaine de concerts, des séances d’improvisation, des conférences, des projections et des récitals. Des accords de jazz ont résonné à des endroits étonnants comme la station McMurdo en Antarctique, et un message de paix à toutes les nations qui ont célébré la Journée initiée par l’UNESCO a été envoyé depuis la Station Spatiale Internationale.

Osaka, capitale du jazz pour 2014, a offert à 12 000 personnes un « concert de toutes les stars » dans le parc emblématique du Château d’Osaka. La performance de deux heures a vu se succéder les artistes de renom international : Toshiko Akiyoshi, John Beasley (directeur musical), Kris Bowers, Dee Dee Bridgewater, Jonathan Butler, Terri Lyne Carrington, Theo Croker, Sheila E., Pete Escovedo, Roberta Gambarini, Kenny Garrett, James Genus, Shuichi Hidano, Roy Hargrove, Lalah Hathaway, Terumasa Hino, Chris Thomas King, Earl Klugh, Takuya Kuroda, Marcus Miller, T.S. Monk, Makoto Ozone, Courtney Pine, Gregory Porter, Troy Roberts, Claudio Roditi, Oumou Sangaré, John Scofield, Wayne Shorter, Esperanza Spalding, Lew Tabackin, Steve Turre, Joe Louis Walker et Dionne Warwick.

Les fans de jazz du monde entier ont pu suivre le concert grâce à la retransmission vidéo sur les sites web de l’UNESCO, de jazzday.com, du Département d’Etat américain et du Thelonious Monk Institute of Jazz. Une partie des recettes obtenues grâce à la vente des billets est destinée à des programmes d’aide aux victimes du tremblement de terre et du tsunami de Fukushima (2011).

Le lancement officiel des festivités a eu lieu le 29 avril, avec la traditionnelle cérémonie du sake, en présence du gouverneur d’Osaka, Ichiro Matsui, du maire de la ville, Toru Hashimoto, et du Sous-directeur général de Planification Stratégique de l’UNESCO, Hans d’Orville. À cette occasion, il a souligné le rôle du jazz en tant que « pouvoir doux » pouvant contribuer au rapprochement entre les cultures et à la diversité culturelle. « Le jazz transmet un message d’optimisme et de respect de soi ; on peut l’utiliser comme modèle de diplomatie, car il ouvre la possibilité de mener des échanges culturels harmonieux » a déclaré l’Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO et Président du Thelonious Monk Institute of Jazz, Herbie Hancock. « Investissez-vous, il y a de la place pour tous ! », a ajouté le musicien qui a ensuite invité les personnes présentes à profiter du concert et de la musique. C’est exactement ce qui s’est produit.

(Le concert commence à 30mn45)

 

Retour en haut de la page