17.07.2014

« Laissez s’épanouir votre grandeur » : honorons la mémoire de Nelson Mandela

© Photo ONU/Eskinder Debebe

Pour reprendre les célèbres paroles de Nelson Mandela, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO : « Certaines générations sont appelées à être grandes. C’est peut-être le cas de la vôtre. Laissez donc s’épanouir votre grandeur. »

Son appel a une signification toute particulière à l’approche de la Journée internationale Nelson Mandela (18 juillet), célébrée pour la première fois en 2010. Le meilleur moyen d’honorer sa mémoire est de répondre à son appel à être cette « grande génération » et de s’assurer sans relâche que ses valeurs sont reflétées dans les sociétés d’aujourd’hui.

La vie de Mandela est un modèle pour nous tous. Sa victoire contre le racisme a changé l’histoire à jamais et appartient désormais au patrimoine commun de l’humanité. Emprisonné en 1962 pour son activisme anti-apartheid, Mandela a été condamné à la prison à perpétuité à la suite du procès de Rivonia.

« Ce procès a marqué un tournant dans la lutte pour la liberté contre le régime d’apartheid en Afrique du Sud et un moment déterminant dans la lutte mondiale pour les droits humains et la dignité humaine, » a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

Les archives de ce procès, ainsi que les Archives vivantes de la lutte de libération, sont inscrites au Registre Mémoire du monde de l’UNESCO, consacré au patrimoine documentaire de l’humanité.

Mandela a passé 27 ans à Robben Island, le pire avant-poste du système carcéral sud-africain pour les prisonniers politiques. Ce site est aujourd’hui inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et témoigne de l'oppression et du racisme qui régnaient avant le triomphe de la démocratie et de la liberté.

© Paul Weinberg

Au cours de ces « dix mille jours », Mandela aimait à lire  Le Courrier de l’UNESCO, qui l’a sensibilisé à de nombreux sujets qui n’avaient pas leur place dans le lexique de l’apartheid : la diversité culturelle et le patrimoine commun de l’humanité, l’histoire de l’Afrique, ainsi que l’éducation pour le développement durable.

En 1991, il a reçu avec le Président F.W. de Klerk, qui avait ordonné sa libération, le Prix Félix Houphouët-Boigny de l’UNESCO pour la paix.

« Nous entendons nous associer nous-mêmes ainsi que notre mouvement à cette grande vague de liberté, car nous sommes convaincus que ce n’est pas la sagesse des dirigeants, mais bien l'engagement politique des peuples qui fait les gouvernements responsables, » a déclaré Mandela lors de son discours de remerciements.

L’Afrique du Sud est redevenue membre de l’Organisation sous la direction de Mandela en 1994, quarante ans après son retrait.

Chaque action de Mandela reflétait la notion de « paix au quotidien » qui guide l’UNESCO. En 1970, l’UNESCO a été la toute première organisation du système des Nations Unies  à établir des contacts avec les mouvements de libération reconnus par l’Organisation de l'unité africaine. L’UNESCO a soutenu ces mouvements en formant des enseignants et en fournissant des équipements à des écoles et des camps de réfugiés.

Tout comme à cette époque, l’Organisation persiste aujourd’hui à dire que l’éducation est porteuse d’espoir et de changement. Lors de son discours à la Conférence internationale de l’UNESCO sur les besoins des victimes de l’apartheid en Afrique du Sud dans le domaine de l’éducation, Mandela a souligné l’urgence de résoudre la crise de l’éducation de l’apartheid comme le  moyen de « jeter les bases solides de la société sud-africaine démocratique non raciste devant naître des cendres du système discrédité de l'apartheid. »

« L’UNESCO profite de chaque occasion pour répondre à l’injustice avec la connaissance, pour promouvoir la vérité historique à travers des publications scientifiques et des déclarations contre le système d’apartheid, » a expliqué la Directrice générale. « Nous continuons ce travail aujourd’hui car comprendre le passé nous donne la force de façonner l’avenir dans le respect des droits de l’homme et de la dignité humaine. Là réside toute la valeur de notre projet pour l’Utilisation pédagogique de l’Histoire générale de l’Afrique dans les écoles africaines. »

Le parcours héroïque de Mandela constitue un chapitre essentiel de l’histoire du XXe siècle. Il est de notre devoir de construire le monde meilleur dont il nous a creusé la voie. 

Dans cet esprit, l’UNESCO lancera le 31 octobre 2014 la première des nombreuses célébrations marquant le 70e anniversaire de l’Organisation avec un grand événement consacré à Nelson Mandela, dont le travail pour l’avancement de la paix sur la base du respect, de la compréhension mutuelle et de la tolérance fait écho au mandat de l’UNESCO.



Retour en haut de la page