29.05.2013

L’UNESCO et l’Italie lancent une nouvelle coopération pour restaurer et conserver le patrimoine culturel à Bâmiyân, Afghanistan

© CreativeCommons/Zaccarias -
Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan, inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et la Liste de l'UNESCO en péril en 2003.

Pour la plupart des gens, la province afghane de Bâmiyân est connue pour être le lieu où deux statues géantes de Bouddha ont été détruites par les Talibans en 2001. Mais la province regorge de sites archéologiques exceptionnels comme Shahr-i-Zohak (la Ville Rouge), une impressionnante masse de ruines qui, aux 12ème et 13ème siècles, formait la citadelle de la ville. La province de Bâmiyân abrite de nombreux monastères ainsi que des forteresses datant de la période islamique qui témoignent d’influences indiennes, grecques, romaines, sassanides et islamiques. 

La restauration et la conservation de ce site seront effectuées dans le cadre d’un nouveau projet en Afghanistan initié par l’UNESCO et le gouvernement italien. La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et l’Ambassadeur d’Italie en Afghanistan, Luciano Pezzotti, ont annoncé le projet lors de la récente mission de la Directrice générale à Kaboul les 17 et 18 mai.   

© UNESCO/Yves Ubelmann
A picture of Sahrh-i-Zohak cliff (Afghanistan) taken in 1910

© UNESCO/Yves Ubelmann -
Sahrh-i-Zohak cliff in 2012, it shows the urgent need to safeguard the cultural heritage of Bamiyan

Le projet, qui coûtera au total 900 000 euros, prendra en compte la formation de gestion du patrimoine et la sensibilisation aux autres sites archéologiques qui figurent sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO et qui inclus Hérat, Balkh, et les jardins de Babur. Hérat, qui date de l’époque avestique, compte de nombreux sites historiques parmi lesquels la citadelle et le mosallah (un espace de prière ouvert) ;  Balkh, situé dans le nord de l’Afghanistan, est une ancienne ville et un important centre du zoroastrisme; les jardins de Babur forment un parc historique à Kaboul.

Depuis plus de 50 ans, l’UNESCO et les gouvernements d’Italie et d’Afghanistan travaillent ensemble avec l’aide de plusieurs organisations et universités italiennes pour la protection du patrimoine.  Le projet comprend des missions d’experts menées par l’UNESCO, les conseils experts du professeur Andrea Bruno aux minarets de Djâm et d’Hérat ainsi que des excavations menées par le professeur Giuseppe Tucci, fondateur de la mission archéologique italienne à Ghazni.  L’engagement de l’UNESCO et de l’Italie a pris un nouvel élan en 2002 avec la restauration du mausolée Abdul al-Razzaq à Ghazni, la protection du minaret de Djâm contre les crues saisonnières et les mesures d’urgence prises pour protéger le cinquième minaret du mosollah d’Hérat.

Lors de sa récente visite en Afghanistan, la Directrice générale de l’UNESCO a exprimé la gratitude de l’Organisation envers l’Ambassadeur Pezzotti. L’Ambassadeur a souligné l’engagement de l’Italie à apporter un soutien international au développement culturel en Afghanistan. Cette nouvelle initiative vient compléter le financement actuel du gouvernement du Japon et de la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC) pour protéger le site du patrimoine mondial de Bâmiyân. L’approche coordonnée réunira un nombre d’institutions partenaires internationales et afghanes dans le but de protéger le patrimoine afghan et de stimuler le développement dans la vallée de Bâmiyân.

© UNESCO/Mario Santana -
Bamiyan, Afghanistan (2011)

Le projet sera mis en œuvre par l’UNESCO et sera axé sur la conservation et le développement des anciennes ruines islamiques de l’ancienne ville fortifiée de Shar-e Gholghola dans la province de Bâmiyân. Le projet est aussi soutenu par le Ministère afghan de l’Information et de la Culture, la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA), le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS Allemagne) ainsi que l’expertise scientifique du professeur Andrea Bruno. Un enregistrement audio-visuel des travaux de conservation fera aussi partie intégrante du projet et sera réalisé par le journaliste de télévision et réalisateur de documentaire italien, Duilio Giammaria. Le documentaire vise à sensibiliser, tant au niveau national qu’international, sur l’importance de la protection du patrimoine et sur le développement culturel.

Dans le cadre de son rôle de coordination du secteur de la culture en Afghanistan, l’UNESCO a organisé deux réunions importantes qui seront animées par l’Italie plus tard dans l’année. Il s’agira d’une réunion sur l’histoire, l’art et l’archéologie de Ghazni qui aura lieu à Naples,  et du 12ème groupe de travail des experts pour la préservation du site de Bâmiyân qui se déroulera à Orvieto. Ces mécanismes de coordination visent à conseiller les autorités afghanes en termes de conservation, d’archéologie, de développement urbain et de gestion et d’aménagement du patrimoine.

L’Italie apportera aussi son soutien financier à l’UNESCO et au Ministère afghan de l’Information et de la Culture afin de permettre l’organisation de la deuxième Conférence internationale pour la sauvegarde du patrimoine culturel de l’Afghanistan en septembre 2013. La conférence réunira des communautés, des partenaires nationaux et internationaux, et des représentants gouvernementaux pour souligner le rôle et le potentiel de la culture en tant qu’élément fondamental au développement durable de l’Afghanistan.

 

Retour en haut de la page