26.06.2014 - UNESCOPRESS

L'UNESCO: Aucun progrès sur la voie de la réduction du nombre mondial d’enfants non scolarisés

Certains pays parviennent toutefois à inverser la tendance et montrent que des progrès rapides sont possibles

© UNESCO/E.-L. Jansson - Des élèves étudiant à Putuma JSS dans des classes surchargées avec un manque de bureaux et de chaises.

Un nouveau document d’orientation de l’UNESCO montre que 58 millions d’enfants de 6 à 11 ans ne sont toujours pas scolarisés, soit une faible amélioration générale depuis 2007. Cependant, le document souligne qu’un changement positif est possible : 17 pays ont en effet réussi en près d’une décennie à réduire le nombre d’enfants non scolarisés de près de 90 %. Ces pays ont investi dans des mesures positives – telles que la suppression des droits de scolarité, l’introduction de programmes scolaires plus pertinents – et en apportant un soutien financier aux familles défavorisées.

Ces données seront présentées par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, lors de la conférence de presse1 qui se tiendra à Bruxelles le 26 juin à l’occasion de la conférence organisée par le Partenariat mondial pour l’éducation et dans le cadre de laquelle les donateurs et les pays devraient renouveler leur engagement visant à ce que tous les enfants aillent à l’école et acquièrent des connaissances.

« Après les informations récentes sur la diminution de l’aide en faveur de l’éducation,2 l’absence de progrès sur la voie de la réduction du nombre d’enfants non scolarisés confirme nos appréhensions : il n’y a aucune chance que les pays atteignent l’objectif de l’éducation primaire universelle d’ici à 2015 », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO. « Face à ce constat, nous ne pouvons rester sans agir. Nous devons sonner l’alarme et mobiliser la volonté politique afin de nous assurer que le droit à l’éducation de tous les enfants sera respecté. »

Produites par l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU), les nouvelles données relatives aux enfants non scolarisés montrent que - si la tendance se confirme-, il est probable qu’environ 43 % des enfants non scolarisés – 15 millions de filles et 10 millions de garçons – n’iront jamais à l’école.

L’absence de progrès mondiaux est principalement due à la forte hausse des populations en Afrique subsaharienne, région qui abrite désormais plus de 30 millions d’enfants non scolarisés. La plupart de ces enfants n’iront jamais à l’école et ceux qui sont scolarisés risquent d’abandonner leurs études. Dans cette région, plus d’un enfant sur trois qui a commencé à être scolarisé en 2012 quittera l’école avant d’atteindre la dernière année du primaire.

Cliquer sur l'image pour l'élargir

Le document révèle également de graves lacunes en ce qui concerne l’éducation des enfants de 12 à 15 ans. Au plan mondial, 63 millions d’adolescents n’étaient pas scolarisés en 2012. Bien que les chiffres aient baissé de près de deux tiers depuis 2000, en Asie du Sud et de l’Ouest, la région abrite la population d’adolescents non scolarisés la plus importante du monde, soit 26 millions. L’Afrique subsaharienne abrite 21 millions d’adolescents non scolarisés et si la tendance actuelle se confirme, leur nombre ne cessera pas d’augmenter.

Le document comprend une analyse du Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous selon laquelle 17 pays, qui abritaient en 2000 environ un quart de la population mondiale d’enfants non scolarisés, ont inversé la tendance et réduit leurs populations d’enfants non scolarisés de 86 %. En un peu plus d’une décennie, le nombre de ces enfants y est en effet passé de 27 millions à moins de 4 millions. Au Népal, par exemple, entre 2000 et 2013, le nombre d’enfants non scolarisés est passé de 24 à 1 %. Pendant la même période, au Maroc, la population d’enfants non scolarisés a baissé de 96 %.

L’analyse identifie six politiques qui se sont montrées efficaces pour aider les enfants en âge de fréquenter l’école primaire à s’inscrire à l’école et dont d’autres pays pourraient s’inspirer :

  • Suppression des droits de scolarité : Le Burundi a supprimé les droits de scolarité en 2005 et pendant les six années qui ont suivi cette mesure, le taux de scolarisation dans le primaire est passé dans le pays de 54 à 94 %.
  • Transferts sociaux en espèces : Au Nicaragua, qui a instauré en 2000 des transferts sociaux en espèces afin d’aider les familles à supporter les frais de scolarité, le pourcentage d’enfants qui n’étaient jamais allés à l’école est passé de 17 % en 1998 à 7 % en 2009.
  • Une plus grande attention accordée aux minorités ethniques et linguistiques : En 2003, le Maroc a instauré l’enseignement du tamazight dans les écoles primaires. Le pourcentage des enfants qui n’étaient jamais allés à l’école est passé de 9 % en 2003 à 4 % en 2009.
  • Augmentation des dépenses d’éducation : Le Ghana a doublé ses dépenses d’éducation et a vu le nombre de ses enfants inscrits à l’école passer de 2,4 millions en 1999 à 4,1 millions en 2013.
  • Améliorer la qualité de l’éducation : Le Viet Nam, qui a instauré un nouveau programme scolaire accordant une attention particulière aux élèves désavantagés, a réussi entre 2000 et 2010 à réduire de moitié le pourcentage d’enfants qui n’étaient jamais allés à l’école.
  • Surmonter un conflit : Au Népal, l’écart – en termes d’accès à l’éducation – entre les enfants vivant dans des régions affectées par le conflit et ceux des autres régions a été comblé lorsque la guerre civile s’est achevée en 2006, notamment grâce à une augmentation des opportunités d’éducation, par exemple les bourses octroyées à des groupes défavorisés.

«  Ces pays sont confrontés à des circonstances très différentes mais partagent tous la volonté politique d’apporter de réels changements dans le domaine de l’éducation, » a déclaré Irina Bokova. « Bien qu’ils aient réalisé des progrès considérables, leur tâche est loin d’être achevée : ils doivent à présent s’assurer que tous les enfants terminent leurs études et acquièrent les compétences nécessaires mener une vie productive et en bonne santé. Cependant, d’autres pays peuvent aujourd’hui s’inspirer de leurs expériences : ils montrent qu’il est possible de réaliser de réels progrès et il est de notre devoir de continuer à déployer nos efforts dans cette direction. »

______________________

* Notes à l’attention des rédacteurs

1 La conférence de presse dans le cadre de laquelle ces chiffres seront présentés se tiendra à 10 h 15, le 26 juin, à l’adresse suivante : The Egg, rue Bara 175, 1070 Brussels, Belgique

2 Le Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous a publié un nouveau document il y a deux semaines montrant que en dépit du fait que les nombres d’enfants non scolarisés stagnent, l’aide en faveur de l’éducation a baissé de 10 % depuis 2010.

Retour en haut de la page