30.06.2011 - UNESCOPRESS

L’UNESCO se réjouit de la libération des journalistes Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, et de leur interprète Reza Din

La Directrice générale de l’UNESCO se réjouit de la libération des deux journalistes français Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, et de leur interprète Reza Din, retenus en otage en Afghanistan depuis 18 mois.

« Avec cette libération, c’est la liberté de la presse qui prend aujourd’hui une signification extrêmement forte et émouvante, » a dit la Directrice générale, qui  tient à s’associer à la joie des familles et remercie toutes les parties qui ont permis cette libération, au prix de longs mois d’effort, en particulier la France, et l’Afghanistan.

« Nous pensons également à tous les journalistes qui, de par le monde, se trouvent empêchés de faire leur travail, et sont injustement inquiétés et ou paient de leur vie et de leur liberté le droit fondamental de tout être humain à l'information. Nous appelons solennellement à leur libération immédiate, »  a rajoute Irina Bokova.

 

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser «la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page