» L’économie créative, nouvelle locomotive du développement
02.10.2014 - ODG

L’économie créative, nouvelle locomotive du développement

© UNESCO/Matthieu GuevelUNESCO Director-General, Irina Bokova, speaking at the third edition of the UNESCO World Forum on Culture and Cultural Industries, Florence, Italy, October 2014.

Florence, 2 octobre. Le troisième forum mondial sur la culture et les industries créatives s'est ouvert dans une salle comble et sous les plafonds peints du Palazzo Vecchio de Florence (Italie), en présence de nombreux ministres et experts de l'économie créative.

Ce troisième forum‎, organisé par l'UNESCO en coopération avec l'Italie, se tient alors que s'ouvrent les négociations des Etats Membres des Nations Unies sur le nouveau programme mondial de développement durable qui doit être adopté en 2015. « Les Etats Membres de l’UNESCO ont exprimé leur détermination à intégrer la culture comme moteur et facilitateur du développement durable. L'agenda post 2015 est une opportunité historique à ne pas manquer, » a déclaré la Directrice générale en ouverture du forum.

M. Dario Franceschini, Ministre des biens et des activités culturels et du tourisme de l’Italie, a rappelé le pouvoir économique du secteur culturel, tout en rappelant que « la valeur d'un fil, d'un livre, d'un patrimoine, ne peut pas se limiter à l'argent qu'il rapporte, mais au lien qu'il crée, aux valeurs qu'il transmet et c'est ce qui est en jeu aujourd'hui ».

« C'est un grand jour pour Florence, Patrimoine de l'humanité, un statut qui n'est pas seulement un titre, mais un sentiment éprouvé par quiconque se retrouve dans cette ville, en Italie, le seul pays européen à avoir un article dédié à la culture, l'article 9, » a précisé M. Dario Nardella, Maire de Florence. « La crise économique est d'abord une crise culturelle, et avant de parler de déficit budgétaire, j'aimerais qu'on parle du déficit culturel, éducatif, et de paix, » a-t-il ajouté. 

Mme Sara Nocentini, Représentante de la région Toscane, a partagé « l'expérience de la Toscane, dépositaire d'un patrimoine culturel immense, à investir dans la culture comme force d'inclusion et de développement, mais aussi capital fragile, qu'il faut soutenir et accompagner. »

M. Mario Giro, sous-secrétaire d'état aux affaires étrangères a appelé ‎à la création d'un groupe des pays les plus engagés dans la culture, comme il existe un G8 ou un G20, soulignant qu'il faut ouvrir les yeux sur les violences faites aux hommes et aux femmes, qui vise aussi la culture, en Iraq, en Syrie « et le sens de ce forum est aussi de dire que la culture, c'est la vie ».

Plusieurs ministres sont venus témoigner du potentiel de la culture, notamment Mme Olga Kefalogianni (Grèce) et Mme Elga Pangesu (Indonésie)‎, ainsi que des représentants de la Jordanie, du Myanmar, l'Afghanistan, du Mali, du Togo. « L'économie créative est à la quatrième phase du développement, après l'agriculture, l'industrie, et les technologies de l'information, » a ainsi souligné la ministre de l'Indonésie, en prenant l'exemple du développement de l'artisanat Batik, passe de mode il y a 10 ans, et qui a été soutenu et développé comme un secteur dynamique de la mode à l'international aujourd'hui. 

En marge du Forum, la Directrice générale a également tenu des entretiens bilatéraux avec la Vice-ministre de la culture du Myanmar, Daw Sanda Khin et Elga Pangesu, Ministre du tourisme et de l'économie créative de l'Indonésie.

Le Forum durera 3 jours et doit aboutir à la déclaration de Florence‎, nouvelle étape du plaidoyer international pour inscrire la culture dans les stratégies et politiques publiques pour le développement durable. Jeudi en fin de journée, la tour du Palazzo Vecchio, inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO, était illuminée aux couleurs des Nations Unies‎. 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page