» L’éducation pour prévenir l’extrémisme violent en Afrique de l’Ouest et au Sahel
24.05.2017 - UNESCO Office in Dakar

L’éducation pour prévenir l’extrémisme violent en Afrique de l’Ouest et au Sahel

L’UNESCO (Dakar, Siège et IICBA), le Centre Asie-Pacifique d’éducation pour la compréhension internationale sous les auspices de l'UNESCO (APCEIU) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), représentée par son Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF), ont organisé un atelier de renforcement des capacités sur la prévention de l'extrémisme violent par l'éducation (PEV-E) en Afrique de l'Ouest et dans le Sahel. Cet événement a eu lieu à Dakar, Sénégal, du 9 au 11 mai 2017.

A l’heure de la mondialisation et de l’inter-connectivité, les menaces croissantes et les actes d’extrémisme violent en Afrique de l'Ouest et dans le Sahel créent des climats de peur et d'insécurité qui entravent les efforts de développement. Doter les jeunes des connaissances, des compétences et des valeurs afin de favoriser le respect de tous, de renforcer leur sentiment d’appartenance à une humanité commune et de les aider à devenir des citoyens responsables et actifs est crucial pour un monde plus juste et plus viable.

L’UNESCO, l’APCEIU et l’IFEF ont organisé conjointement à Dakar, du 9 au 11 mai 2017, un atelier visant à renforcer les capacités des décideurs en matière d'éducation (parlementaires, Directeurs de cabinet ou Secrétaires Généraux des ministères d’Education et hauts fonctionnaires chargés de la formation des enseignants ou des programmes d’enseignement) et de formateurs d'enseignants, pour concevoir et mettre en œuvre des politiques et pratiques pertinentes et efficaces contribuant à la prévention de l'extrémisme violent (PEV) et, au final, à la paix durable en Afrique de l’Ouest et dans le Sahel. Une quarantaine de participants du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, de la Guinée-Bissau, du Liberia, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal et de Sierra Leone ont pris part à cet atelier ainsi que des experts de l’éducation et de la PEV-E.

Tout d’abord, des présentations sur les instruments normatifs des organisations internationales et régionales, ainsi que sur la situation sécuritaire et la paix dans la région ouest-africaine et du Sahel ont permis d’avoir un aperçu du contexte.

Puis, en plus de la plateforme d'informations sur l’éducation à la citoyenneté mondiale (ECM) hébergée par l’APCEIU, deux outils de PEV-E développés par l’UNESCO ont été présentés : (1) le Guide sur la PVE pour les décideurs politiques de l'éducation visant à soutenir les efforts nationaux d’intégration de l'ECM dans leurs systèmes éducatifs, (2) le Guide du personnel enseignant pour la gestion des discussions en classe dans le cadre de la PEV. L’OIF a également présenté son initiative #LibresEnsemble qui donne notamment la parole aux jeunes pour s’exprimer sur la citoyenneté, la liberté, la diversité, le vivre ensemble, etc. par le biais des médias sociaux, de l'éducation, des activités culturelles, économiques et artistiques.

Sur la base de ces outils et d’exemples d’approches et de pratiques en matière de PEV-E dans les contextes d’éducation formelle, non-formelle et informelle, les délégations des pays ont préparé une ébauche de feuille de route pour l’intégration de la PEV dans les systèmes et pratiques éducatifs, prenant en compte le contexte, les besoins et les capacités de leurs pays respectifs.

Au terme de l’atelier, les participants se sont engagés à renforcer le plaidoyer auprès des plus hautes autorités des pays, à proposer des propositions de lois et de cadres légaux pour la prise en compte de la PEV-E, à intégrer la PEV dans les plans sectoriels, dans les curricula, dans la formation des personnels de l’éducation (formelle, non-formelle et informelle) et à impliquer davantage les communautés.

Les organisateurs, quant à eux, assureront le suivi des recommandations en mettant en place une plateforme d’échanges et de mutualisation des expériences, en créant un réseau d’échanges et en accompagnant les pays dans l’appropriation et l’adaptation des outils développés par l’UNESCO et l’OIF (guides pédagogiques et #LibresEnsemble).

« Le résultat le plus remarquable est que chacun a eu un regard prospectif. Nous espérons que par cette voie, les visions et les stratégies nationales vont prendre pied sur le terrain et vont réellement transformer cette réalité. » a déclaré Mamadou Ndoye, Ancien ministre de l’Education du Sénégal et modérateur de l’atelier.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com